Le saut oblique de la truite – Jérôme Magnier-Moreno

Quel bonheur d’ouvrir sa boîte aux lettres en rentrant du travail et de découvrir, non pas une facture, mais cette magnifique enveloppe avec un livre à la première de couverture attrayante à l’intérieur.

Continuer la lecture de « Le saut oblique de la truite – Jérôme Magnier-Moreno »

La mer, rien que pour nous !

Cela fait maintenant huit ans que je goûte à ce luxe qui n’a pas de prix, habiter en bord de mer. Avant la foule estivale, c’est le moment d’en profiter.

Continuer la lecture de « La mer, rien que pour nous ! »

Emma et le jardin secret – Béatrice Masini

Emma, 10 ans, vit à Milan avec ses parents et rêve de se glisser dans le jardin secret de son immeuble, propriété du mystérieux Comte Ricotti. Pour cela, elle doit déjouer la surveillance de Monsieur Colnaghi, le gardien, et subtiliser les clés qui permettent d’ouvrir le haut portail qui l’empêche de voir ce qui se cache à l’intérieur de cet écrin de verdure.

Continuer la lecture de « Emma et le jardin secret – Béatrice Masini »

Dans les arbres

Pendant longtemps, on disait qu’elle n’était pas très dégourdie, qu’elle avait peur de tout, qu’il fallait la pousser pour qu’elle se bouge. Mais ces derniers mois, les choses ont changé. Mademoiselle fait des acrobaties un peu partout et n’hésite pas à grimper à plusieurs mètres de hauteur !

dsc03615

Continuer la lecture de « Dans les arbres »

Le Garçon – Marcus Malte

le-garcon-marcus-malte

Cher Garçon,

Je viens de parcourir 12, 44 km dans la forêt landaise en 1:26’42 soit une vitesse moyenne de 8,6 km/h. A peine mieux qu’un escargot ! Toi, l’enfant sauvage capable de sillonner la nature pendant des jours et des jours, sans rencontrer âme qui vive et en te nourrissant de ce que tu trouves sur ton chemin, ça doit te faire bien rire. Au moins, tu garderas tes remarques acerbes sur mon comportement de pauvre femme du XXIème siècle pour toi attendu que tu es muet et incapable d’exprimer un quelconque sentiment.

Continuer la lecture de « Le Garçon – Marcus Malte »

Dans les branches – Emmanuelle Maisonneuve

index

Mo vit seul avec sa mère dans une maison à la campagne. Même si tout n’est pas rose, le collégien est soulagé de ne plus vivre avec Allan, son faux père, et de pouvoir passer tout son temps libre à jouer aux jeux vidéo. Dans ce monde virtuel, ses kilos en trop ne sont pas un souci et il n’a aucun problème relationnel. Il a enfin l’impression d’exister, d’être quelqu’un.

Continuer la lecture de « Dans les branches – Emmanuelle Maisonneuve »

Les Ptimounes – Madeleine Brunelet

Les Ptimounes sont des créatures minuscules qui vivent cachées dans la nature et jouent beaucoup. Tempête le coquin, Mistral le rêveur, Bise la petite, Zéphir le bon copain et Alizé la futée vivent ensemble et sont solidaires les uns des autres.

Dans Le monstre du bois, ils ramassent des provisions de noisettes pour l’hiver et embêtent Granton le méchant quand, sur le chemin du retour, Bise se met à hurler. Elle a vu un monstre. La petite bande d’amis se moque d’elle… jusqu’à ce qu’elle le voit à son tour. Les Ptimounes s’en vont en courant mais ils s’aperçoivent que Granton est en danger. Ils ont bon coeur alors pas question de ne pas le prévenir. Ils ne sont pas au bout de leur surprise !

Dans Chacun fait son nid, les Ptimounes sont réveillés très tôt un matin et découvrent un trou dans le toit. Deux énormes oiseaux rouges sont en train de le détruire. Heureusement, ils arrivent à les faire fuir. Il faut maintenant réparer. Le problème, c’est qu’il n’y a plus la moindre brindille aux alentours. Ensemble, ils vont trouver une solution.

Les Ptimounes est une collection que ma fille apprécie. Il faut dire que ces petites créatures ont des têtes bien sympathiques et vivent dans la nature, un milieu qui plaît beaucoup aux enfants. Il leur arrive tout un tas d’aventures et les thèmes traités sont intéressants. Ici, la solidarité et la peur. A découvrir si vous avez des pitchounes entre 3 et 6 ans autour de vous.

BRUNELET, Madeleine, Les Ptimounes : Chacun fait son nid, Père Castor, 2015.

BRUNELET, Madeleine, Les Ptimounes : Le monstre du bois, Père Castor, 2015.

Alabama Moon où les aventures d’un enfant hors du commun

Moon a dix ans et a été élevé par Pap -son père- au fin fond de la forêt d’Alabama. Il n’a quasiment jamais eu de contacts avec le monde extérieur. Le jour où ce dernier décède, il le transporte jusqu’à une butte et l’enterre lui même. Juste à côté, il y a la tombe de sa mère, morte alors que Moon n’avait que deux ans. Le garçon est donc désormais seul…

Il n’a absolument pas besoin d’un adulte pour subvenir à ses besoins : il sait chasser, utiliser les plantes, se repérer grâce aux étoiles, faire du feu sous la pluie, se fabriquer des vêtements, etc. Avant de mourir, Pap lui a dit de partir pour l’Alaska. Là-bas, il trouvera des gens qui vivent en dehors du système et refusent toute autorité, comme lui. Il lui a aussi dit qu’il serait toujours là et qu’il pourrait « parler » avec lui en lui écrivant des lettres et en les faisant brûler juste après. Sauf que ça n’a pas vraiment l’air de fonctionner, cette technique…

Moon est farouchement déterminé à suivre les instructions de son père même si la solitude lui pèse énormément. Ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que sa vie d’enfant sauvage n’est pas du tout du goût des autorités… C’est le début d’une longue course-poursuite et d’une quête de liberté…

Un roman à la fois tendre, émouvant et drôle qui se lit d’une traite. Le Club des Cinq, Tom Sawyer, Le livre de la jungle où autres récits de mon enfance ressemblaient un peu à cet Alabama Moon… De l’aventure, du rythme, de l’amitié, de l’authenticité, de l’innocence, du rire : rien ne manque !!!

Moon est un garçon au sens pratique incroyable pour un enfant de son âge. Je me demande si il est vraiment possible de vivre en autarcie en forêt pendant une longue période comme il le fait dans le livre. Par contre, il a tout à apprendre de la vie en société. Son esprit naïf lui joue des tours mais Moon a plus d’une corde à son arc.

A découvrir absolument, dès la sixième cinquième -pour les bons lecteurs que la longueur du texte n’effraie pas- et jusqu’à 77 ans !

KEY, Watt, Alabama Moon, Bayard jeunesse, 2010.

Ida B. – Katherine Hannigan

Ida B. est une petite fille pleine de vie qui passe son temps à s’amuser dans les arbres, à se promener dans la nature ou à se baigner dans la rivière en compagnie de Rufus, son chien baveux. Elle aime beaucoup planifier les choses et se sent perdue dès qu’elle ne peut pas établir à l’avance le programme de ses journées. Suite à une expérience douloureuse vers l’âge de cinq ans, ses parents ont décidé qu’elle n’irait plus à l’école et qu’ils lui feraient cours eux-mêmes.

Quand sa maman tombe malade, la vie d’Ida B. bascule d’un coup. Son papa décide de vendre une partie du verger et de la renvoyer à l’école. Mais Ida B. est bien déterminée à ne pas se laisser faire et à résister avec ses moyens, même si elle est obligée d’adopter une attitude qui ne lui plaît pas vraiment et qui lui donne mauvaise conscience.

 

Un roman agréable et léger qui parle d’un sujet grave -la maladie- avec beaucoup d’humour. Ida B. est une petite fille au caractère bien affirmé et au début, elle a beaucoup de mal à comprendre que sa maman est malade. Elle en veut à ses parents de ne pas tenir leurs promesses et décide que quoi qu’il arrive, elle ne sera pas heureuse, ni à l’école ni à la maison. Elle fait donc des choses qui ne lui ressemblent pas mais grâce à la patience et à l’écoute attentive de sa maîtresse, elle va réussir à surmonter ses difficultés. Les parents, eux, sont un peu absents mais dans un tel contexte, c’est parfaitement compréhensible.

Ida B. est très intelligente et porte un regard pertinent sur le monde qui l’entoure. Dommage que cet aspect de sa personnalité soit un peu trop mis en avant. On voit arriver de loin le happy-end et on sait d’avance que sa réflexion va lui permettre de retrouver la raison et de comprendre ses parents et son entourage.

Au final, un bilan mitigé !

HANNIGAN, Katherine, Ida B. … et ses plans pour s’amuser à fond, éviter les désastres et ‘éventuellement) sauver le monde, Seuil, 2005.

%d blogueurs aiment cette page :