Petit périple par le chemin des écoliers

Dimanche dernier, il faisait beau en Normandie. Et oui, ça arrive et ça fait même beaucoup de bien après l’été pourri que l’on a eu ! Du coup nous en avons profité pour aller nous balader. En fin de matinée, direction la Venise normande.

Les Normands, vous reconnaissez Pont-Audemer ? Cette petite ville doit son surnom de Venise normande à ses quelques canaux creusés au Moyen Age. On y trouve des petites ruelles « cachées », vestiges de l’époque médiévale. Il y aussi de très belles maisons à colombages et des jolies cours intérieures.

Enfin bon, il n’y a pas de quoi y passer toute une journée quand même car à part la balade dans la ville, il n’y a pas grand chose à faire. Alors après manger, direction le Marais Vernier.

Ancien méandre de la Seine, le Marais Vernier est une plaine marécageuse où vivent un faune (beaucoup d’oiseaux) et une flore particulières. De nombreuses chaumières ont été construites grâce aux ressources locales (roseaux de la Grand’Mare, pierre et silex du sous-sol, torchis fabriqué à partir du limon…). Certaines sont magnifiques et d’autres tombent en ruine par manque d’entretien. Les gens qui vivent là-bas sont assez éloignés de tout et doivent aller travailler à l’extérieur. Les quelques exploitations agricoles ne semblent pas très riches. A part élever des vaches ou des chevaux et cultiver des pommes, je me demande bien ce que les agriculteurs peuvent faire dans ce marais.

Une fois la balade dans le marais terminée, pas trop pressés de rentrer chez nous, on s’est dit : « on va aller faire un tour à Honfleur, on est au mois d’octobre, il ne devrait pas y avoir trop de monde ». Quels naïfs nous sommes ! Je crois que dès qu’il y a un rayon de soleil, la foule se presse dans se charmant petit port.

Comme d’habitude, nous avons fait le tour du port, admiré les façades des maisons, regardé les vitrines des magasins et visité une ou deux galeries de peinture mais on ne s’en lasse pas. Un petit tour à Honfleur au moins une fois par an, c’est indispensable !

Nous avons fini la journée en flânant dans l’endroit que je préféré à Honfleur : la côte de Grâce, sa paisible chapelle …

… et son superbe point de vue sur la ville et le pont de Normandie. Un
endroit pour se ressourcer, plein de calme et de quiétude (mais chut,
il ne faut pas trop le dire sinon on ne pourra plus profiter
sereinement de cet endroit !!!). La vue du Mont-Joli, à quelques pas de la chapelle, est magnifique également !

« L’ERRANT » d’Emile Leballais

En 1975, Emile Leballais et sa femme viennent d’acheter un corps de ferme en Normandie, près d’Evreux, quand un inconnu se présente à leur porte et demande « auriez vous du travail pour moi ? ». Il y a beaucoup de travaux à faire pour retaper cette maison et l’errant, qui se prénomme Ange, semble s’y connaitre. Il s’impose avec finesse et réagit très vite comme si les propriétaires étaient d’accord pour qu’il reste chez eux et se lance dans la restauration de la maison. Ange va finalement retaper toute la propriété avec beaucoup de soin et de courage et faire petit à petit partie de la famille. Lors des longues soirées devant le feu de cheminée, il raconte son enfance,le décès de sa mère, sa vie d’errant, le guerre… On aimerait en savoir plus mais Ange ne se livre que petit à petit, quand il en a envie.

Je brule d’envie de raconter la fin de cette histoire mais si je le fais, la lecture perdra de son intérêt ! J’ai lu ce livre plein de sensibilité et de poésie d’une traite et je l’ai trouvé vraiment passionnant. Qui à notre époque, accepterait d’embaucher un inconnu venu sonner à la porte pour demander du travail sans lui poser des questions, lui demander d’où il vient, où il a travaillé avant, pourquoi il n’a pas de maison à lui ? Ange est un homme mystérieux et énigmatique, plein de courage et de talent. Il a choisi sa vie d’errant et l’assume malgré les difficultés. Quel courage !

Je ne peux rien vous dire sur cet auteur normand puisque mes recherches sur Internet ont été infructueuses. Il a publiè quelques autres livres aux Editions Gilles Gallas, un maison d’édition qui publie à compte d’auteur.

Un grand merci à ma maman qui a découvert ce livre par hasard dans un petit salon du livre et qui me l’a fait dédicacer !

LEBALLAIS, Emile, L’errant, Editions Gilles Gallas, 2005.

%d blogueurs aiment cette page :