Piégés sur le bateau maudit – Hubert Ben Kemoun

Soledad, Tom Cromwell, Igor, Gary, Anton et Léonard Beneditti sont tous, pour des raisons différentes à bord du Regent, le ferry qui relie Lam à l’île de Kramp. En trois heures, le bateau doit franchir le détroit de Paléo et ses violents courants. Ce matin là, Continuer la lecture de « Piégés sur le bateau maudit – Hubert Ben Kemoun »

Un mot, une photo #2 : peur

Cette semaine, le thème d’AmeGraphique, l’atelier photo proposé par Sabeli du blog Le petit carré jaune est PEUR. Quel rapport entre cette photo et la peur, me direz-vous ?

Et bien sachez, chers lecteurs, que cette jolie lampe est la gardienne des ombres de la nuit de ma fille. Sans elle, impossible de s’endormir. Elle n’est pas dans la chambre car Mademoiselle ne pourrait pas dormir mais juste à l’entrée. Et attention à ne pas trop ouvrir ou trop fermer la porte !

Cela n’empêche malheureusement pas notre Miss de se réveiller certaines nuits complètement effrayée. Est-ce que ces cauchemars ressemblent à cela ?

Pour la petite histoire, ces photos ont été prises en 2010 à la médiathèque de La Rochelle lors de l’exposition Rendez-vous contes conçue par l’auteur et illustrateur François Place.

Monsieur Pan – Kressmann Taylor et Princesse Camcam

Monsieur Pan a peur de mourir. Tous les matins, au réveil, il pense qu’il va s’évanouir. Un fil de tissu le chatouille : il attend la piqûre de l’araignée ou du scorpion qui s’est glissé sous son pantalon. Quand sa maison craque la nuit, il est persuadé qu’un voleur armé d’un couteau a réussi à s’introduire chez lui. Ses peurs le paralysent tellement qu’elles l’empêchent de vivre.

Le jour où sa soeur meurt et qu’il recueille chez lui ses trois neveux orphelins, sa vie change du tout au tout et ses peurs sont bien vite oubliées.

On connaît Kressmann Taylor pour son célèbre Inconnu à cette adresse mais qui connaît ses autres écrits ? Monsieur Pan est un joli hymne à la vie. Dans ce conte, le héros éponyme change sa façon de voir le monde grâce aux enfants de sa soeur dont il s’occupe avec plaisir et de manière consciencieuse.

Le texte n’est malheureusement pas facile à lire à l’oral en raison des phrases beaucoup trop longues. Les illustrations de Princesse Camcam, elle, nous offrent un beau voyage en Asie. C’est un vrai plaisir à regarder.

Un lecture commune que j’ai le plaisir de partager avec Sophie.

Merci aux Éditions Autrement pour l’envoi de ce livre.

TAYLOR, Kressmann, PRINCESSE CAMCAM, Monsieur Pan, Autrement, 2014

Va-t’en Grand Monstre Vert ! – Ed Emberley

 

Quel enfant n’a pas sa « période monstres » ? Ma fille est en plein dedans. Elle fait des cauchemars la nuit et a peur du noir. Elle imagine aussi des monstres un peu partout alors j’essaie de trouver des idées pour dédramatiser et l’aider à avancer. Ce livre semble lui plaire puisque je lui ai lu trois fois de suite lorsque je l’ai emprunté à la médiathèque et, depuis, elle me le demande régulièrement. Elle le connait même par coeur maintenant car le texte est trés simple.

A chaque page, grâce à un jeu de formes découpées, une partie du visage du grand monstre vert apparait. Au milieu de l’album, l’enfant découvre une grosse tête verte effrayante. Mais… le monstre disparaît petit à petit dans la deuxième partie. Chaque partie du visage s’en va jusqu’à la dernière page, toute noire, où il n’y a plus que le texte.

Avec Va-t’en, Grand Monstre Vert !, l’enfant peut faire apparaître et disparaître le monstre à volonté et apprivoiser ainsi ses peurs en se faisant des frayeurs en toute sécurité. 

EMBERLEY, Ed, Va-t’en, Grand Monstre Vert !, Kaléidoscope, 1996.

Album n°3

Faim de loup – Éric Pintus et Rémi saillard

Tel est prit qui croyait prendre pourrait être la morale de cette histoire qui met en scène un loup affamé.

La faim, c’est la faim, tu as faim.

Cette phrase rythme la première partie. Le malheureux loup qui cherche à manger finit par tomber dans une fosse très profonde, un piège tendu par les hommes. Il n’a aucun moyen de s’en sortir quand un bruit de pas se fait entendre. Est-ce un enfant ? Non, c’est un lapin arrogant qui profite de sa position de supériorité, bien en sécurité sur le bord de la fosse.

Aberration de la nature, Béni-oui-oui, Cérumen tout baveux, Dégonflé du cerveau, etc.

Une pluie d’injure s’abat au rythme des lettres de l’alphabet sur le loup. Mais, retournement de situation, le lapin finit par tomber dans le trou et le lecteur frémit devant cette gueule géante et ces dents bien aiguisées. Ah, il fait moins le malin, le lapin !

Des couleurs oranges et marron, un loup au pelage noir bleuté, un texte très rythmé et plein d’humour, Faim de loup est un joli album qui permet au lecteur de se faire peur tout en étant en sécurité devant son livre.

PINTUS, Éric, SAILLARD Rémi, Faim de loup, Didier jeunesse, 2009.

%d blogueurs aiment cette page :