La guerre des Lulus 5 : 1918 : Le Der des ders – Hautière et Hardoc

Ouf, j’ai enfin réussi à mettre la main sur le dernier tome de La guerre des Lulus ! Pour la petite histoire, j’ai eu le malheur de dire à un élève, un vendredi soir, que j’allais chercher le livre chez le libraire pendant le week-end. Le lundi matin, il était à la porte du CDI à la première heure. Depuis, la BD Continuer la lecture de « La guerre des Lulus 5 : 1918 : Le Der des ders – Hautière et Hardoc »

Le chagrin des vivants – Anna Hope

A la veille du deuxième anniversaire de l’Armistice, l’Angleterre s’apprête à recevoir le corps du soldat inconnu, rapatrié depuis la France, et à lui rendre hommage. Encore fortement marquée par la guerre, la population londonienne va pouvoir épancher sa peine. Parmi elle, trois femmes de milieux différents vivent chacune à leur manière Continuer la lecture de « Le chagrin des vivants – Anna Hope »

Gold Star Mothers – Catherine Grive et Fred Bernard

Les Gold Star Mothers ce sont ces mères de soldats américains morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale et dont les corps n’ont jamais été rapatriés dans leur pays. Entre 1930 et 1933, le Congrès américain organise des pèlerinages à grands frais pour permettre à ces mères et à ces épouses de se recueillir sur la tombe de leur fils ou de leur mari dans les cimetières français. Continuer la lecture de « Gold Star Mothers – Catherine Grive et Fred Bernard »

Colombe sous la lune – Laurence Campa

Colombe sous la lune. C’est la poésie du titre qui m’a donné envie de lire ce roman. Pour la petite histoire, j’ai fait partie du comité de lecture de la rentrée littéraire de Cultura. Quand je suis allée choisir mon premier livre, j’ai emprunté celui-ci à l’aveugle ou presque. Pas de quatrième de couverture, pas de fiche de service de presse, une auteure qui m’était inconnue. Après un feuilletage très rapide, je savais juste qu’il était question de la Première Guerre mondiale. Un sujet intéressant donc mais tant de livres ont été publiés sur cette période de notre histoire qu’il est difficile de se démarquer. Continuer la lecture de « Colombe sous la lune – Laurence Campa »

L’odeur de la forêt – Hélène Gestern

Il y a des livres dont on parle peu et qui sont pourtant magnifiques. L’odeur de la forêt en fait partie. Continuer la lecture de « L’odeur de la forêt – Hélène Gestern »

La guerre des Lulus 4 : 1917 : La déchirure

la-guerre-des-lulus-1917-la-dechirureLa guerre des Lulus fait partie de mes livres chouchous. J’ai déjà conseillé cette série qui se déroule pendant le Première Guerre mondiale des dizaines et des dizaines de fois et je crois que je n’ai jamais eu un seul retour négatif. Si mes élèves ne vont pas forcément vers cette BD d’eux-mêmes, ils me demandent à chaque fois la suite une fois découvert le premier tome. Quand ils ont su que j’avais emporté le dernier opus chez moi avant de le mettre en rayon et que je ne l’avais toujours pas lu, ils m’ont mis la pression. C’est un vrai bonheur de les voir ainsi !

Continuer la lecture de « La guerre des Lulus 4 : 1917 : La déchirure »

Au revoir là-haut – Pierre Lemaitre et Christian de Metter

Au revoir là-haut Lemaître De Metter

Pour moi, Au revoir là-haut, c’est une voix, celle de Pierre Lemaître lisant son propre texte dans la version audio proposée par les éditions Audiolib. C’est désormais aussi un trait et des visages, ceux de Christian de Metter dans l’adaptation du roman en bande dessinée.

Continuer la lecture de « Au revoir là-haut – Pierre Lemaitre et Christian de Metter »

La guerre des Lulus 3 : 1916 : Le tas de brique – Hautière et Hardoc

la-guerre-des-lulus-3

Après avoir passé les années 1914 et 1915 seuls sans adulte et en pleine nature alors que la guerre fait rage autour d’eux, les Lulus tentent d’échapper une nouvelle fois aux allemands en marchant dans la forêt.

Ces quatre garçons sont séparés de leurs camarades de l’orphelinat depuis que l’ordre d’évacuation a été donné à Valencourt, leur village. Ils ont fait le mur pour se construire une cabane et se sont malheureusement retrouvés du mauvais côté de la ligne de front. Une fille les a rejoint à la fin du premier opus. Ils sont donc désormais cinq enfants dont le prénom commence par la syllabe « Lu » d’où leur surnoms de Lulus.

Continuer la lecture de « La guerre des Lulus 3 : 1916 : Le tas de brique – Hautière et Hardoc »

La fée de Verdun – Philippe Nessman

Jeune fille d’origine populaire Nelly Martyl est douée pour le chant et travaille très dur pour réaliser son rêve, devenir chanteuse d’opéra. Elle devient rapidement une cantatrice vedette et l’emblème de son époque.

Sa vie, comme celle de beaucoup de français, bascule en 1914 lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Nelly ne peut pas rester spectatrice. Elle veut défendre sa patrie et décide de devenir infirmière. Pendant plusieurs années, elle soigne les hommes sur le front.

Le narrateur, un jeune homme de vingt ans, découvre par hasard le destin de cette femme hors du commun et décide de faire des recherches pour en savoir plus sur elle. Le lecteur découvre ainsi la vie de Nelly Martyl au fur et à mesure de ses avancées. Fiction et documentaire se mêlent avec ici et là des photos et des textes d’époque.

La vie de Nelly pendant la Première guerre mondiale est passionnante. L’auteur, Philippe Nessman, a su la rendre vivante. Les récits de la vie dans les tranchées et des combats sont nombreux mais ici, l’émotion est présente et communicative. On est bien loin des manuels d’histoire ou des reportages historiques.

J’ai beaucoup moins adhéré à la partie où le narrateur raconte ses recherches. Par exemples les dialogues avec sa grand-mère, qui a découvert Nelly Martyl recouverte de sang en plein Paris en 1943, semblent artificiels. Dommage car cette biographie romancée avait tout pour me plaire.

NESSMAN, Philippe, La féé de Verdun, Flammarion, 2016.

La vie au bout des doigts – Orianne Charpentier

En cette fin d’année 1913, la vie au pensionnat Roy est difficile pour la jeune Guenièvre, 14 ans. Elle se sent mal dans sa peau, trop grosse, pas comme les autres, pas intégrée. Certaines personnes prétendent même qu’elle possède un don, un don maléfique bien entendu. Guenièvre n’a ni père, ni mère, ni frère ou soeur sur qui s’appuyer. Elle est rejetée de tous. Cela fait trois ans qu’elle est ici. Depuis que ses parents sont décédés.

Il suffit d’un regard bienveillant, celui de Pauline, une pensionnaire plus âgée, pour que Guenièvre voit la vie sous un autre jour. Leurs conversations lui font du bien. La jeune fille ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure. Pauline, avec ses doigts de fée, donne un nouvel aspect à ses vieilles robes.

Malheureusement, les deux amies se trouvent bien vite séparées. Pendant les vacances de Noël, Pauline disparaît. Guenièvre, en réfléchissant un peu devine facilement où et pourquoi sa camarade s’est enfuie. Elle comprend, elle est heureuse pour elle même, si elle est triste de ne plus voir son amie.

De son côté, Guenièvre retourne chez sa grand-mère et retrouve Perpétue, la fidèle cuisinière sur qui elle peut compter. Le manoir familial a en partie brûlé. Sa grand-mère n’a plus d’argent. Qu’importe, tout le monde se sert les coudes et, à la campagne, quand on a un peu de volonté, on arrive toujours à s’en sortir.

Guenièvre retrouve le bel Edmond, qu’elle a connu pendant son enfance. Il y a aussi Petit Dan, un jeune garçon attachant. La vie suit son court jusqu’au moment où la France entre en guerre.

Les hommes en âge de combattre sont mobilisés. Le conflit s’enlise alors que beaucoup pensaient que ce serait l’affaire de quelques semaines seulement. Guenièvre doit trouver en elle les ressources pour subvenir à ses besoins et à ceux de son entourage, pour se battre à l’arrière, pour venir en aide aux blessés mais aussi pour percer les secrets de son histoire familiale. La guerre la propulse malgré elle vers la maturité. Le jeune fille se découvre elle-même et devient une femme.

Orianne Charpentier nous livre un livre magnifique, à la fois roman intimiste, d’aventure et historique. La guerre y est évoquée avec beaucoup de justesse, tout comme la vie de Guenièvre. Les personnages secondaires sont nombreux et apportent beaucoup à la jeune héroïne dans sa quête personnelle. Le lecteur la regarde évoluer et grandir au fil des pages. C’est un vrai bonheur de la voir trouver sa voie malgré le contexte difficile auquel elle est confrontée. Un roman à découvrir sans hésiter !

CHARPENTIER, Orianne, La vie au bout des doigts, Gallimard, 2014.

Je ne suis pas une adepte des challenges, mais parce que Stephie le vaut bien, je fais une exception à la règle 😉 !

%d blogueurs aiment cette page :