Sirènes – Joseph Knox

Aidan Waits, un flic au passé douloureux, alcoolique et accro aux amphétamines, vient d’être rétrogradé. Chargé de ramener chez elle Isabelle Rossiter, la fille d’un homme politique influent qui a fugué depuis un mois, il infiltre un milieu qui ne l’aide pas. A sa tête, Zain Carver, le chef de La Franchise, le plus gros réseau de Continuer la lecture de « Sirènes – Joseph Knox »

La disparition d’Adèle Bedeau – Graeme Macrae Burnet

Manfred Baumann est un homme pour qui les rapports humains sont compliqués. Solitaire, timide, différent, il a du mal à trouver sa place, que ce soit au sein de sa famille, de la banque dans laquelle il travaille ou des hommes qu’il côtoie au bar-restaurant de la Cloche. Dès les premières pages, Graeme Macrae Burnet s’attache à décrire l’histoire et le comportement routinier de Manfred. La petite ville alsacienne de Saint-Louis, dans laquelle se déroule l’intrigue, semble d’ailleurs bien correspondre à cet homme. Il ne s’y Continuer la lecture de « La disparition d’Adèle Bedeau – Graeme Macrae Burnet »

Loups solitaires – Serge Quadruppani

Infiltré dans un groupe djihadiste au Nord du Mali, Pierre Dhiboun disparaît à son retour en France. Cette désertion inquiète les plus hauts responsables du gouvernement qui mettent les différents services secrets sur le coup. Les forces spéciales françaises sont prêtes à tout pour retrouver la trace d’un des leurs. Une organisation mystérieuse composée d’anciens combattants de l’ombre est également de la partie. Où se trouve Continuer la lecture de « Loups solitaires – Serge Quadruppani »

Ils ont voulu nous civiliser – Marin Ledun

Thomas Ferrer n’a jamais eu beaucoup de chance dans la vie. Il habite dans un studio humide du bourg de Begaarts, dans les Landes, roule dans une vieille Clio sans âge et vit de petites combines et autres trafics en tous genres. Il récupère par exemple les racks en acier et les étagères que les supermarchés s’apprêtent à jeter à la déchetterie ou vole des canards aux fermiers du coin pour Continuer la lecture de « Ils ont voulu nous civiliser – Marin Ledun »

Un cri dans la forêt – Marin Ledun

Amis depuis la maternelle, Antonin et Lucas sont inséparables. Partis cueillir des champignons, ils décident de braver les interdits en dépassant les limites de la propriété familiale. La forêt les attire. Ils trouveront forcément leur bonheur au milieu des pins. Continuer la lecture de « Un cri dans la forêt – Marin Ledun »

En douce – Marin Ledun

cvt_en-douce_9268

Ce 14 juillet 2015, la foule est réunie pour admirer le feu d’artifice à Begaarts-plage, une station balnéaire de la côte landaise. Mais la fête va mal tourner pour Simon Diez. Émilie a décidé d’en faire sa proie. Elle le séduit sur une piste de danse, bien consciente que sa prothèse de jambe intrigue les hommes. Puis, elle l’emmène dans son mobil-home situé dans un chenil perdu en pleine forêt et lui tire froidement une balle dans la jambe.

Continuer la lecture de « En douce – Marin Ledun »

Un vent de cendres – Sandrine Collette – Lu par Kriss Goupil

Octave, Andreas et Laure reviennent d’un mariage. L’ambiance est à la fête. Ils sont à bord d’une voiture décapotable et roulent vite, trop vite. Quand ils aperçoivent le camion qui a perdu son chargement au milieu de la route, il est trop tard. Laure meurt sur le coup.

10 ans plus tard. Andreas et Octave sont marqués à vie. Andreas ne sort jamais de chez lui. Il est à la tête d’un domaine viticole mais vit reclus dans une des ailes de l’immense demeure. Octave, lui, gère les affaires et donne les ordres à Lubin, l’ouvrier qui s’occupe de la propriété. Son visage est défiguré et il ne peut pas se déplacer sans sa cane.

C’est l’époque des vendanges. Les saisonniers arrivent. Des locaux mais aussi beaucoup de jeunes. Parmi eux, Malo et sa soeur Camille qui ressemble étrangement à Laure. Malo flaire tout de suite le danger. Le regard qu’Octave pose sur sa soeur ne lui plaît pas du tout et il le fait savoir. Camille est jeune et innocente. Elle ne se rend pas compte qu’il se passe des choses anormales autour d’elle.

La tension est palpable et va crescendo jusqu’au dénouement. Le mauvais pressentiment de Malo s’avère tout à fait justifié. Mais que va t-il se passer exactement ?

La voix de Kriss Goupil, à laquelle j’ai eu un peu de mal à m’habituer au départ car elle est aiguë, met en scène cette ambiance angoissante et oppressante de manière admirable. Elle apporte même un vrai plus au texte.

Il y a beaucoup de non-dits dans ce roman. L’imagination du lecteur tourne à plein régime pour interpréter les zones d’ombres. Mais comment imaginer un histoire aussi épouvantable ? Le cadre bucolique, les vignes, les vendanges, le travail difficile mais l’ambiance agréable et festive : rien ne laisse augurer une histoire noire comme celle que nous propose Sandrine Collette. On est bien loin des contes de fées auxquels le roman fait parfois référence…

COLLETTE, Sandrine, GOUPIL, Kriss, Un vent de cendres,CdL Éditions, 2015.

L’homme qui a vu l’homme – Marin Ledun

Une fois commencé, impossible de lâcher ce roman noir qui entraîne le lecteur à réfléchir sur la notion de démocratie à travers une sombre histoire de disparition dans le Nord du Pays basque.

Nous sommes à la fin du mois de janvier 2009. Jokin Sasco, un militant basque, n’a pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. Sa famille, inquiète, organise une conférence de presse. Il faut dire que Jokin Sasco n’est pas le premier militant à être une victime de l’ombre. Trahisons, enlèvements, séquestrations et même tortures sont monnaie courante.

Qui agit ? Pour le compte de qui ? Dans quel but ? Qui finance ? Autant de questions auxquelles le journaliste Iban Urtiz va tenter de répondre. Etza Sasco, la soeur de Jokin, Éléa Biscaya, son ex petite-amie, et dans une moindre mesure le journaliste Marko Elisabe vont l’aider dans sa quête de vérité.

Iban se retrouve vité mêlé à une histoire qui le dépasse. Les basques ne se livrent pas si facilement à un Erdaldun, un étranger. Quant aux États français et espagnol, ils sont loin d’être clairs dans cette histoire et sont surtout prêts à tout pour que la vérité n’éclate pas au grand jour. Le journaliste, victime de pressions, d’intimidations puis de violences, va t-il parvenir à ses fins ou devenir lui aussi victime d’une guerre dont on n’identifie même plus clairement les opposants ?

Marin Ledun est un auteur qui n’a plus à faire ses preuves. Quand j’ai su qu’il avait écrit un roman sur les militants basques, j’ai tout de même été surprise de son audace. Je me suis demandée quelle allait être la réaction des basques justement. Visiblement, elle a été très positive et quand on lit le roman, on comprend pourquoi. L’auteur, avec le sérieux qui le caractérise, ne s’est pas attaqué à ce sujet à la légère. Inspiré de l’histoire vraie de la disparition d’un militant basque, Jon Anza, L’homme qui a vu l’homme est un roman dans lequel on apprend beaucoup de choses sur un sujet que peu de gens connaissent vraiment. Marin Ledun ne prend pas le parti des basques mais celui de la justice et de la démocratie. Cela donne un roman fort avec des personnages attachants qu’on n’a pas envie de quitter. Et ça tombe bien car mon petit doigt me dit qu’une suite se prépare.

LEDUN, Marin, L’homme qui a vu l’homme, Ombres noires, 2014.

Un petit bout d’enfer – Rachel Corenblit

Juliette a quatorze ans mais se comporte comme si elle en avait seize. Enfin c’est ce qu’elle croit… Elle a fait une trés grosse bêtise. Pour la punir, son père a décidé de l’envoyer pendant tout le mois de juillet chez sa grand-mère. Là-bas, pas de téléphone portable ni d’ordinateur. L’ennui mortel !

Un jour, la jeune fille sort seule pour faire quelques courses. Elle en profite pour se rendre au cinéma. Au moment où elle choisit un film interdit aux moins de seize ans, elle ne se doute pas que ce qui va heurter sa sensibilité, ce n’est pas ce qui va se passer à l’écran…

Un petit bout d’enfer, ce roman porte bien son nom. En 140 pages, il n’y a pas une seule lueur d’espoir. Dés le premier paragraphe, le lecteur est mis dans l’ambiance. Un homme est en proie au desespoir et à la folie. Petit à petit, on découvre son passé et on comprend un peu mieux comment il en est arrivé là. Juliette, elle, croise malencontreusement sa route et se fait entraîner dans une histoire digne des pires films d’horreur.

La construction est réussie : alternance de points de vue, retour sur le passé, etc. L’écriture ciselée donne un rythme dynamique au roman. Le supens et la tension sont entretenus jusqu’au bout. Mais malgré tout cela, je n’ai pas aimé Un petit bout d’enfer. Trop noir pour moi ! Il m’aurait sans doute fallu un peu d’espoir…

CORENBLIT, Rachel, Un petit bout d’enfer, Rouergue, 2009

Le cinquième clandestin – Marin Ledun

Une jeune femme africaine se jette du cinquième étage, rue Mouffetard, à Paris, avec un bébé de trois mois dans les bras. On conclut à un suicide sans essayer d’en comprendre les raisons. Personne ne la connait dans le quartier. Elle est sans-papier. Son proprétaire l’avait menacée de la dénoncer à la préfecture si elle ne payait pas son loyer. Tout cela semble suffisant pour expliquer une telle décision. Mais avec un enfant dans les bras, tout de même…

Quand Mona Cabriole, journaliste à Parisnews, se rend sur les lieux, elle croise le regard d’une jeune femme qui s’enfuit en courant dès qu’elle essaie de lui parler, remarque des comportements surprenants, écoute les gens et pressent que quelque chose de très grave se déroule dans le quartier. Elle veut en savoir plus. Ce suicide n’est pas clair…

Tout le monde semble mentir et fermer les yeux. La peur, les petits arrangements avec soi-même, les raisons de ce comportement sont toujours les mêmes… L’enquête de Mona la mène chez les marchands de sommeil, dans des sous-sols glauques et du côté de la clandestinité.

Roman noir, Le cinquième clandestin se transforme en thriller au fil des pages. Tout commence par une critique de notre société qui veut renvoyer les sans-papiers chez eux par charters mais n’hésite pas à les faire travailler dans les pires conditions pour trois fois rien ou à leur louer des chambres insalubres. Et puis l’enquête de Mona avance, la journaliste se rend compte que le sujet sur lequel elle travaille est vraiment trés dangereux, elle prend de plus en plus de risques pour comprendre et surtout obtenir des preuves. Le lecteur, lui, se demande bien comment elle va se sortir de tout cela.

Un roman trés court qui se dévore du début à la fin !

LEDUN, Marin, Le cinquième clandestin, La Tengo éditions, 2009.

%d blogueurs aiment cette page :