Rouge Tagada – Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

Le jour de la rentrée, Alex repère tout de suite Layla et « son allure de gazelle un peu paumée ». Tout en discutant avec Benjamin et Jade, elle l’observe du coin de l’oeil. Un peu plus tard, elle découvre qu’elle est dans sa classe, la 4èmeD : chouette nouvelle !

Alex, qui n’a d’yeux que pour elle, ne sait pas comment lui parler. Un jour, la prof de français propose une sortie au théâtre. Les deux jeunes filles se découvrent un intérêt commun et, de fil en aiguille, deviennent les meilleures amies du monde. Alex a parfois envie de serrer Layla dans ses bras, de l’embrasser ou de lui sécher ses larmes quand elle est triste mais elle garde ses sentiments pour elle.

Tout bascule quand Layla tombe amoureuse d’un garçon….

Je ne vous en dis pas plus. Si vous voulez connaître la suite, il ne vous reste plus qu’à lire cette jolie BD ! Il y est question d’une adolescente qui cherche son identité sexuelle et qui découvre ses sentiments pour une autre fille, sentiments qui ne sont malheureusement pas partagés. Le livre traite donc de l’homosexualité féminine mais pas uniquement. Je dirais même que le sujet principal est la naissance du désir et des sentiments. L’homosexualité vient après, en second plan, et c’est tant mieux car le plus important n’est-il pas l’amour ?

Je dois avouer que j’ai été un peu déçue par le dénouement au départ et puis, en y réfléchissant, je trouve qu’il apporte un vrai plus à cette histoire. La fin est ouverte, laissant ainsi le soin au lecteur d’inventer celle qui lui convient. Je ne veux pas en dire plus ici de peur de vous gâcher le plaisir de la lecture mais je vous conseille vivement de découvrir Rouge Tagada.

Si mes souvenirs sont bons, c’est Noukette et Jérôme qui ont attiré mon attention sur ce livre. Il est désormais dans les rayons du CDI et je vais lui faire de la publicité, c’est certain.

BOUSQUET, Charlotte, RUBINI, Stéphanie, Rouge Tagada, Gulf Stream, 2013.

Boomerang – Tatiana de Rosnay

Le temps d’un trajet en voiture entre La Rochelle et chez moi, j’ai dévoré ce livre…

Pour fêter les 40 ans de Mélanie, sa sœur, Antoine a décidé de lui offrir un week-end surprise à Noirmoutier. Sur la route du retour, alors qu’elle était sur le point de lui révéler un secret, Mélanie perd le contrôle de la voiture et c’est l’accident. Antoine en sort miraculeusement indemne mais sa sœur a frôlé la mort. Alors qu’il veille à son chevet, Antoine fait le bilan de ce dernier week-end et de sa vie.

Ni lui ni Mélanie n’étaient retournés à Noirmoutier depuis 1973. Ils étaient alors enfants et c’est là qu’ils ont passé les dernières vacances en compagnie de leur mère, décédée peu de temps après d’une rupture d’anévrisme. Ce week-end a fait ressurgir les fantômes du passé et tous les traumatismes de l’enfance. Mélanie et Antoine ont eu une vie très difficile après la mort tragique de leur maman.

Aujourd’hui, Mélanie est célibataire et n’a pas d’enfants. Elle a beaucoup de mal à trouver l’âme sœur. Antoine, lui, est père de trois enfants et éprouve toujours des sentiments pour son ex, partie avec un autre homme après de nombreuses années de mariage. Son travail d’architecte ne lui plaît plus et quand il se retrouve seul le soir dans son appartement parisien, il déprime. Le week-end, il ne reconnaît plus ses deux ados et les supporte difficilement. Heureusement, il y a Lucas qui n’a pas encore atteint l’âge ingrat.

Le jour où Antoine croise Angèle, sa vie prend un nouveau tournant. Celle que l’on surnomme Morticia est très séduisante et il tombe très vite sous le charme. Outre ses talents au lit, elle est aussi très douée pour aider Antoine à y voir un peu plus clair dans sa vie et à trouver le fragile chemin du bonheur.

Depuis longtemps, je voulais découvrir Tatiana de Rosnay. Les secrets de famille et la fragilité des être humains sont des thèmes que j’aime beaucoup. C’est pour cette raison que j’ai choisi de lire Boomerang. A cela s’ajoute une belle histoire d’amour qui m’a fait penser à Ensemble c’est tout d’Anna Gavalda. Les sujets abordés dans ce roman sont nombreux et le suspens côtoie la profondeur psychologique des personnages. Il n’en fallait pas plus pour que je sois conquise !

DE ROSNAY, Tatiana, Boomerang, Le livre de poche, 2010.

Un drôle de père – Yumi Unita

Daikichi est une jeune trentenaire célibataire qui travaille beaucoup, n’aime pas trop les enfants et ne se sent pas très à l’aise avec les femmes. Le jour de l’inhumation de son grand-père, il découvre que celui-ci avait une fille cachée âgée de six ans dont la mère a disparu. Le problème, c’est que personne dans la famille ne souhaite s’occuper de Rin. Contre toute attente, Daikichi décide de la prendre en charge.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas simple de s’improviser papa quand on a l’habitude de ne s’occuper que de soi. Daikichi prend son rôle très au sérieux et se pose beaucoup de questions sur l’éducation de Rin ainsi que sur sa responsabilité vis à vis d’elle. Il souhaite le meilleur pour cet enfant et fait tout pour qu’elle se sente bien dans sa peau.

 

Daikichi a une sensibilité très féminine et je me suis vraiment identifiée à lui. Son personnage évolue tout au long de ce premier tome. Il gagne en maturité et se sent responsable de Rin comme s’il était son père. C’est le plus jeune de la famille mais c’est le seul a avoir accepté de la prendre en charge. S’il se sent un peu dépassé au début et se demande comment il va gérer travail et vie de famille, il découvre néanmoins le bonheur d’avoir un enfant à ses côtés.

Cette histoire pleine de sensibilité est mise en valeur par des dessins très sympathiques. Les expressions des visages des personnages sont notamment remarquables. La mise en page est aérée et le papier de qualité. Bref, c’est un vrai coup de cœur !

UNITA, Yumi, Un drôle de père 1, Éditions Delcourt, 2008.

%d blogueurs aiment cette page :