Louis parmi les spectres – Fanny Britt et Isabelle Arsenault

Louis est suffisamment grand pour comprendre que si son père pleure aussi souvent, c’est à cause de l’alcool. Une maladie lourde de conséquences pour le malade comme pour son entourage. Une maladie qui détruit tout, à petit feu. A tel point qu’avec sa mère et son frère, ils ont quitté la maison familiale, à la campagne, pour « la cabane dans l’arbre », un appartement avec vue sur l’autoroute. Sur le balcon, accompagné de son copain Boris, Louis espionne les voitures de police fantômes et discute de Billie.

Continuer la lecture de « Louis parmi les spectres – Fanny Britt et Isabelle Arsenault »

Les pleureuses – Katie Kitamura

Suite à un coup de téléphone d’Isabella, sa belle-mère, la narratrice prend l’avion pour la Grèce. Christopher, son mari, ne donne plus de nouvelles. Ce qu’Isabella ignore, c’est que son fils et sa belle-fille sont séparés depuis six mois et que cette dernière ne savait même pas qu’il était partie en voyage à l’étranger. Continuer la lecture de « Les pleureuses – Katie Kitamura »

(Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire – Stéphanie Pélerin

presque jeune presque jolie de nouveau celibataire Stephanie Pelerin

Ne cherchez plus le roman à lire sur la plage ou au bord de la piscine cet été, vous l’avez trouvé ! En le refermant, vous aurez le sourire aux lèvres et l’envie de croquer la vie à pleines dents, que demander de mieux ?

Continuer la lecture de « (Presque) jeune (presque) jolie (de nouveau) célibataire – Stéphanie Pélerin »

Je t’aime tous les jours – Malika Doray

iQuand on est tout petit, ce n’est pas toujours facile de comprendre pourquoi sa maman s’absente. La peur de l’abandon est souvent très forte.

Dans Je t’aime tous les jours, Malika Doray met en scène une maman et son enfant dont on ne saura jamais le nom. A travers des dessins très simples et des couleurs peu nombreuses -la première de couverture en donne une très bonne idée-, elle propose une solution pour que la séparation ne soit pas une souffrance et que l’enfant se sente en sécurité.

4 jours sans maman = 4 cailloux blancs. Chaque matin, il faudra enlever un cailloux et le reste de la journée, il n’y aura plus qu’à s’amuser. Un petit chagrin ? Des moments de doute ? Rien de plus normal ! Mais quand il n’y aura plus de cailloux, maman rentrera, c’est certain ! D’ailleurs, qui se cache derrière la porte à la fin du quatrième jour ?

Un album tout simple dont les pages se tournent par en haut (comme un calendrier), une histoire pleine d’amour et de tendresse qui rassurera sans doute les plus petits. 

DORAY, Malika, Je t’aime tous les jours, Didier Jeunesse, 2006.

%d blogueurs aiment cette page :