Africa Trek : le DVD

Il y a un an et demi, je lisais le premier puis le deuxième tome d’Africa Trek. J’en garde un souvenir formidable ! Je pestais de ne pas pouvoir voir les émissions tv car je n’avais pas la satellite -et je ne l’ai toujours pas d’ailleurs car je refuse de payer pour une ou deux chaines que je vais regarder de temps en temps. Et il n’y a pas très longtemps, je suis tombée sur le DVD en promo pour cause de liquidation : j’ai littéralement sauté dessus !!! Non, non, je ne suis pas folle, juste admirative devant Sonia et Alexandre Poussin qui ont traversé l’Afrique à pied, du Cap de Bonne Espérance au lac Tibériade en Israël, pendant trois ans et trois mois.

Je ne vais pas faire un nouveau compte-rendu de ce périple : si ça vous intéresse, vous pouvez aller faire un petit tour sur les deux liens proposés plus haut. En tous cas, je n’ai pas été déçue, le DVD est un bon complément du livre. Un peu moins intimiste sans doute, mais on y découvre plein de choses sur les peuples africains, leurs coutumes, leur histoire, etc.

Le seul problème avec ce genre de film, c’est que ça donne envie de partir tout de suite en voyage…

Une incroyable aventure !

Du Bhoutan au Tadjikistan, Sylvain Tesson et Alexandre Poussin ont traversé l’Himalaya avec chacun un sac de moins de cinq kilos sur le dos. Oui, vous avez bien lu, cinq kilos ! Autant dire qu’ils ont emporté moins que le strict minium vital ! Heureusement, ils ont pu souvent compter sur l’hospitalité des habitants pour se nourrir et dormir à l’abri.

Au total : 174 jours de voyage, 5000 km à pied, 121 000 mètres de dénivelé positif, 70 passes et 69 gués. Un véritable exploit ponctué de multiples rencontres et de nombreux moments de bonheur. Mais aussi, comme on peut facilement s’en douter, de moments beaucoup plus difficiles : faim, soif, froid, problèmes de santé divers, clandestinité, peur, etc.

Pour le lecteur, le récit de cette Transhimalayenne est une véritable invitation au voyage et à la découverte d’autres cultures, d’autres peuples. Le vocabulaire technique de la montagne est parfois un peu trop présent mais tant pis, on passe. L’essentiel est ailleurs…

L’année dernière, j’ai lu On a roulé sur la Terre, récit du précédent voyage de Sylvain Tesson et Alexandre Poussin autour du monde à vélo, mais je crois que La marche dans le ciel m’a encore plus impressionnée. L’exploit physique et les conditions de vie sont vraiment incroyables. Ne traverse pas l’Himalaya qui veut !

Modestement, Monsieur et moi aimerions faire un trek -organisé, bien sûr !- au Bhoutan, au Népal ou au Ladak quand notre petite Oihane pourra partir en vacances chez ses grands-parents. Notre dernier voyage en Ouzbékistan et au Tadjikistan est loin et l’envie de partir nous trotte dans la tête. Mais il ne va pas falloir trop attendre car quand Mademoiselle va grandir, plus question de partir en vacances sans elle !

Ce livre faisait partie de ma liste pour le challenge Lire autour du monde organisé par Enna.

POUSSIN Alexandre, TESSON Sylvain, La marche dans le ciel : 5000 kilomètres à pied à travers l’Himalaya, Pocket, 2006.

Paris – Jérusalem à pied et sans argent

Notre-Dame de Paris, 27 juin 2007 : une semaine après leur mariage, Édouard et Mathilde partent en voyage de noce à Jérusalem, à pied et sans argent. Leurs sacs contiennent le strict minimum indispensable, et même moins. Ils voyagent à la manière des pèlerins du Moyen-Âge, ou presque.

Des Alpes aux Balkans, des steppes d’Asie mineure aux eaux du Jourdain, ils traversent 14 pays, dorment dehors quand ils n’ont pas d’autre choix et comptent sur la bonne volonté humaine pour manger.

Pendant ce voyage, ils vivent des expériences difficiles comme en Turquie où Mathilde se fait agresser par un homme qui lui dit « sexe, sexe,sexe », en Syrie où ils marchent sous escorte tout le long de la route car on les prend pour des espions (tous les soirs des invitations dans des familles sont organisées avec présence d’espions dans les familles. Édouard et Mathilde s’aperçoivent que leur conversation en français est comprise alors qu’on leur fait croire le contraire), où dans d’autres régions dans lesquelles ils ne trouvent rien à manger pendant de nombreuses heures.

Heureusement, ils font aussi de belles rencontres – ils reçoivent notamment un accueil très chaleureux dans les familles turques et dans les Balkans- et les plus démunis leur offrent parfois de grands moments de bonheur.

Mathilde et Édouard ont pour objectif de découvrir les autres mais aussi d’apprendre à mieux se connaître et à s’aimer malgrè les épreuves difficiles qu’ils doivent traverser.

 

Ceux qui ont le satellite ont peut être entendu parler de ce couple car leurs émissions sont passées et passent peut être encore sur la chaîne Voyage. Je n’ai malheureusement pas eu la chance de les voir mais ce livre a été un bon substitut. J’aime beaucoup ce genre de récit de voyage. Seul petit bémol : Mathilde et Édouard sont très croyants et j’ai trouvé que cet aspect ressortait un peu trop dans le livre. A la place, j’aurais aimé qu’ils développent un peu plus leurs rencontres avec les autres comme l’ont fait Sonia et Alexandre Poussin dans Africa Trek 1 et 2. Il n’en reste pas moins que c’est une belle aventure !

CORTES, Édouard et Mathilde, Un chemin de promesses, XO Éditions, 2008.

Voyage dans l’Himalaya

Quatrième de couverture :

« Au cœur de l’Himalaya est un voyage de plus de six mois au travers d’une des régions les plus sublimes et les plus étonnantes au monde. Les photographies se succèdent et découvrent un paysage inoubliable : celui de monts enneigés et de pentes vertigineuses. Un univers qui offre la surprise de se colorer dès que l’humain surgit : robe des moines, drapeaux de prières, saris aux riches coloris… La fascination pour cette région retirée naît du contraste entre la toute-puissance de la montagne et l’humble présence humaine, qu’elle prenne la forme de rizières en terrasses au bord du roc escarpé, ou celle d’une vieille femme portant son propre poids de bois mort. Propice à une intense vie spirituelle et religieuse, cette immense chaîne de montagnes est également parsemée de monastères isolés et d’existences résistant inlassablement à la rudesse du climat et à la géographie du lieu… »

                                                              

Pakistan, Inde, Népal, Tibet, Chine, Bhoutan et Bangladesh, c’est un magnifique voyage dans les différents pays qui composent l’Himalaya que nous offre le photographe Basile Pao. Difficile pour moi de décrire ses photos, toutes plus magnifiques les unes que les autres ! Je préfère ne rien dire et vous laissez découvrir par vous même…

Notre prochain voyage est déjà programmé  (ce sera La Réunion) mais l’Himalaya sera sans doute le suivant, du moins nous l’espérons. Reste à choisir le pays. Et ce n’est pas une tâche facile tant cette chaine montagneuse possède de trésors…

PAO, Basil, Au cœur de l’Himalaya, National Géographic, 2005.

« Africa trek 2 » de Sonia et Alexandre Poussin

Toujours aussi passionnantes les aventures de Sonia et Alexandre Poussin ! Petit rappel : ce couple a traversé l’Afrique à pied en suivant la vallée du rift, depuis l’Afrique de Sud jusqu’en Israël (voir ma note du mois d’août « Africa trek 1 »).

Dans Africa Trek 2, les deux marcheurs racontent le deuxième partie de leur voyage, du Kilimandjaro au lac Tibériade, soit 14 000 kilomètres. Voici un petit extrait. Ils sont en Ethiopie, les conditions de vie sont très difficiles et ils font l’objet d’injures et de jets de pierre incessants :

« nous ne voulons pas tricher avec l’espace, avec le temps, avec le fil de notre marche, avec le sens que nous avons voulu lui donner, avec toutes les promesses et les prières dont nous sommes porteurs, avec le souvenir de nos « sauveurs d’un jour » qui nous ont accueillis justement parce que nous marchions. Tous ces gens qui ne peuvent pas tricher avec leurs conditions de vie, qui ne peuvent pas prendre de bus ou des expédients pour s’épargner des souffrances. Endosser la condition des Africains, ça paraît snob, dans la bouche d’un Occidental, mais, pour nous, ça veut dire, depuis deux ans, vivre sur les mêmes pistes, sous le même soleil, dormir sur le même sol, se gratter les mêmes puces, c’est manger la même nourriture, c’est encourir les mêmes risques, les lions, les maladies, c’est endosser les mêmes souffrances, la faim, la soif, la crasse, et … les pierres … sachant que tous, de toute façon, souffrent au centuple, et que notre marche c’est de la rigolade aux yeux de ce qu’ils endurent tous les jours, toute leur vie. Alors que nous, nous avons le choix. Et que nous l’avons fait ce choix. Et qu’il faut l’assumer. » (p.352)

Heureusement, si ce voyage se fait dans des conditions parfois très difficiles, Sonia et Alexandre vivent beaucoup de grands moments de bonheur : rencontres avec les habitants, découverte des rituels secrets des jeunes mariés soudanaises, partage de la vie des Massaïs, cohabitation avec une caravane de dromadaires, escalade de la pyramide de Chéops…

On referme le livre en se disant qu’un troisième tome aurait sans doute été tout aussi passionnant. Je n’ai pas encore cédé à la tentation d’acheter le DVD tourné pendant ce voyage mais ça ne saurait tarder !

Pour ceux qui veulent en savoir un petit peu plus sur cette formidable aventure :

http://www.africatrek.com/weblog/

POUSSIN, Sonia et Alexandre, Africa trek 2, Robert Lafont, 2007.

« Sous l’étoile de la liberté » de Sylvain Tesson

En Union soviétique, de 1917 à 1991, des millions d’hommes (prisonniers politiques, juifs, mongols, bouddhistes…) furent condamnés au travail forcé dans les goulags. Certains d’entre eux se sont évadés pour conquérir leur liberté. Parfois, ils y ont laissé leur vie. Le climat et les régions hostiles à traverser étaient un obstacle de taille.

C’est sur leurs traces que Sylvain Tesson s’est lancé pendant huit mois, en 2003. Il a parcouru 6000 kilomètres à pied, à cheval ou à vélo de la Sibérie à l’Inde, en passant par la Mongolie et le Tibet. Ce n’est pas un exploit sportif qu’il raconte dans ce livre mais plutôt un cheminement sur une route beaucoup moins mythique que la route de la soie mais néanmoins très intéressante. Sylvain Tesson nous fait découvrir les régions qu’il a parcourues et les peuples qu’il a rencontrés. Il rend hommage à ces millions de prisonniers, victimes du totalitarisme, condamnés pour avoir été considérés comme des ennemis du progrès, mais qui n’ont pas renoncé à leur liberté.

Le photographe Thomas Goisque l’a rejoint à plusieurs reprises. Ses magnifiques photos illustrent le livre.

TESSON, Sylvain, Sous l’étoile de le liberté : six mille kilomètres à travers l’eurasie sauvage, Arthaud, 2005.
                                                

« Africa trek 1 » de Sonia et Alexandre Poussin


En 2001, Sonia et Alexandre Poussin ont entamé une traversée de l’Afrique à pied, du Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud, au lac Tibériade, en Israël. Leur objectif était de refaire le parcours du premier homme en suivant la vallée du Rift. Cette aventure a duré trois ans. Ils sont partis seuls avec un sac sur le dos et sans sponsor, ce qui leur a permis d’être plus libre.

Dans Africa trek 1, ils racontent la première partie de leur voyage, du Cap au Kilimandjaro. Ils traversent l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Zimbabwe, le Mozambique, le Malawi et la Tanzanie à la rencontre des africains. En dormant chez l’habitant, ils découvrent des modes de vie, des coutumes, des façons de penser… tous différents les uns des autres.

Ils n’hésitent pas à rester plusieurs jours au même endroit, en fonction des rencontres qui se présentent à eux. En Afrique du Sud ils font la connaissance de la responsable de l’atelier de céramique Ardmore, dans lequel sont formés des artistes Zoulous, venus frapper à la porte de l’atelier alors qu’ils étaient dans la misère. Ces créations  sont désormais vendues à prix d’or partout dans le monde.
Sonia et Alexandre vont également à la rencontre des animaux : rhinocéros, éléphants, lions… Dans un parc national, sur les ordres de leur guide, ils foncent droit vers une troupe de lion et évitent sans doute la mort. Les lions n’étant pas habitués à ce qu’on les charge, ils ne connaissent pas ce comportement et n’ont qu’une seule solution : fuir !

Africa Trek est un livre vraiment passionnant. Les aventures de Sonia et Alexandre Poussin nous permettent de découvrir une autre Afrique et surtout de comprendre le point de vue des habitants sur leurs pays (apartheid, sida, aide humanitaire, régimes politiques…). On est bien loin de nos regards d’occidentaux !

 

POUSSIN, Sonia et Alexandre, Africa trek 1, Robert Lafont, 2007.

 

%d blogueurs aiment cette page :