Une chanson douce – Mary Higgins Clark

En début de semaine dernière, tous les livres que je prenais me tombaient des mains. Impossible de me concentrer sur quoi que ce soit…. J’ai donc suivi les conseils de Géraldine et j’ai sorti un polar de ma Pile à Lire. Cela faisait au moins dix ou quinze ans que je n’avais pas lu un Mary Higgins Clark et j’avais envie de voir si mon avis sur elle serait toujours le même !

Une chanson douce est le dernier sorti de l’auteur qui a déjà publié quarante ou cinquante livres. A ce rythme là, on peut se dire que la qualité a peu de chance d’être au rendez-vous mais parfois un bon page turner, qui permet de se vider la tête et de ne pas trop réfléchir, ça fait du bien….

Il est ici question de Kate, plongée dans le coma suite à l’incendie de la manufacture familiale de copies de meubles anciens. Personne ne sait pourquoi elle se trouvait dans l’entreprise, au beau milieu de la nuit.

Très vite, on pense qu’il ne s’agit pas d’un simple accident, qu’elle a peut être provoqué elle-même l’incendie et qu’il y a sans doute une escroquerie à l’assurance derrière tout cela. L’entreprise va mal et le père de Kate a besoin d’argent. Il est prêt à tout pour toucher l’argent de l’assurance. Y compris à faire porter le chapeau à cet ancien employé qui se trouvait en compagnie de Kate au moment de l’explosion et qui est décédé sur le coup.

Hannah, la soeur de Kate refuse de croire à tous ces soupçons. Elle est sur la défensive et ne fait absolument pas confiance à son père qui ne se comporte pas vraiment comme il le devrait en de telles circonstances. Elle décide donc de mener l’enquête et de découvrir quel secret sa soeur avait percé. Elle n’est pas au bout de ses surprises…

Comme prévu, ce polar ne restera pas longtemps dans ma mémoire. La psychologie des personnages n’est pas le point fort de l’auteur, il y a quelques répétitions, histoire d’être bien certain que le lecteur a compris, et de trop nombreuses coïncidences improbables. Le scénario de départ n’est certes pas très original mais il aurait pu déboucher sur un bon roman. Seulement, voilà, le scénario ne fait pas tout…

Mon avis est sévère, je m’en rends bien compte. Une chanson douce a tout même eu le mérite de me sortir d’une panne de lecture et je ne me suis pas ennuyée en lisant ce roman. J’ai même tourné les pages très rapidement.

HIGGINS CLARK, Mary, Une chanson douce, Albin Michel, 2013.

%d blogueurs aiment cette page :