« Tomas Drimm 1 » de Didier Van Cauwelaert

Quatrième de couverture :

« Dans une société sous contrôle total où le
jeu règne en maître, un ado se retrouve détenteur d’un secret
terrifiant, qui déchaîne contre lui les forces du Mal… et celles du
Bien. Tiraillé entre la femme de ses rêves et un vieux savant parano
réincarné dans un ours en peluche, Thomas va découvrir, de pièges en
rebondissements, l’exaltant et périlleux destin d’un super-héros à
mi-temps. Course contre la montre et voyage initiatique, cette aventure
de Thomas Drimm, au suspense haletant et à l’humour féroce, a tout pour
passionner les lecteurs de douze à cent douze ans.« 

De la science fiction, du suspens, un secret, un combat entre le bien et le mal, un ado amoureux qui se sent incompris par ses parents, une qualité d’écriture indéniable: ce roman à tout pour plaire et les nombreux avis positifs que j’ai lus à droite et à gauche confirment ce point de vue.

Je regrette cependant le côté parfois un peu moralisateur (les gentils d’un côté et les vilains de l’autre !) et les ficelles du scénario qui ressemblent à ce qu’on voit trop souvent en littérature de jeunesse en ce moment.

La fin du monde tombe un jeudi est le premier tome d’une série de cinq. Je ne lirai sans doute pas la suite car je ne suis pas  une adepte de la SF et je me lasse vite de ce genre de livres. Mais cl roman trouvera son public, c’est certain, car beaucoup d’ados ne partagent pas les remarques que j’ai faites précédemment !

Merci aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre.

D’autres avis ici.

VAN CAUWELAERT, Didier, Thomas Drimm 1 : La fin du monde tombe un jeudi, Albin Michel, 2009.

8 réflexions sur « « Tomas Drimm 1 » de Didier Van Cauwelaert »

  1. J’ai bien aimé ce livre, et contrairement à toi, je n’ai pas trouvé qu’il y avait d’un côté les méchants et de l’autre les gentils, puisque Thomas lui-même possède un côté obscur qu’il va découvrir petit à petit.

  2. @Keisha : moi, j’ai toujours du mal à refuser quand on me propose un livre. Et puis, en tant que documentaliste, je me dois de lire ce genre de livre !
    @Leiloona : c’est vrai mais je trouve qu’on sait d’avance de quel côté il va pencher…
    @Stephie : parfois je retournerais bien à cette époque, rien que pour avoir plein de temps pour lire et faire du sport !

  3. ah le phénomène des séries ca commence à lasser, je crois que je ferais un tri des séries que je continuerais ou pas! parce que sinon on ne va jamais s’en sortir!!! Le côté moralisateur ne m’a pas été flagrant, je pense que Thomas est un adolescent comme les autres, avec le mal et le bien, puis pour utiliser des termes comme partouze pour le coup je trouve qu’on est loin de la leçon de morale lol

  4. J’ai bien aimé, pour ma part, mais il y a peut-être le côté découverte pour moi qui lit peu de littérature jeunesse… Cela dit, il me semble aussi, comme Leiloona, que tout n’est pas si manichéen…non ? Cela dit, il y a quelques ficelles connues, oui.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :