Tout seul – Chabouté

Un homme vit seul au beau milieu de la mer. Il est gardien de phare et n’a jamais vu la terre. Né avec des malformations, ses parents l’ont toujours gardé caché. Avant de mourir, son père a donné toutes ses économies à un marin pour qu’il ravitaille son fils régulièrement. L’homme tient sa promesse. Chaque semaine, il dépose deux caisses sur le quai du phare et repart sans voir celui que l’on appelle le monstre. Ce dernier occupe son temps à la pêche et à la lecture du dictionnaire. Un poisson rouge, emprisonné dans son bocal comme le monstre dans son phare, lui tient compagnie. L’homme ne sait rien du monde. Il ne peut que l’imaginer à partir des mots du dictionnaire. Sa vie est bien triste… Jusqu’au jour où un petit quelque chose vient rompre la monotonie du quotidien.

« Une claque » m’avait dit Noukette en m’offrant ce livre. Et je crois bien qu’elle a raison…

Le scénario tout d’abord, qui amène à réfléchir sur la vie, la solitude, l’indifférence et l’intolérance du monde. Peut-on laisser un homme dans une telle solitude sans essayer d’entrer en contact avec lui, de lui parler au moins une fois ?

Les dessins ensuite. En noir et blanc. La mer, le phare sous tous ses angles, le monstre, quelle réussite ! Les mots sont rares. De très nombreuses planches n’en contiennent même pas un seul. Mais ils ne sont pas nécessaires. Tout est là, dans le dessin. Et dire que jusqu’ici je n’avais pas lu Chabouté, rebutée par son univers que je croyais, à tort, trop sombre. Merci mille fois, Noukette, pour cette magnifique découverte.

CHABOUTÉ, Tout seul, Vents d’Ouest, 2008.

14 pensées sur “Tout seul – Chabouté”

  1. J’ai découvert Chabouté très récemment et comme toi, je suis totalement conquise par son univers. Si tu ne l’as pas déjà lu, je te conseille aussi Un peu de bois et d’acier que j’ai beaucoup aimé.

  2. Oh lala qu’est-ce que tu m’as donné envie. J’ai découvert Chabouté grâce aux blogs mais c’est la première fois que j’entends parler de ce titre. J’ai dû sauter une page chez Noukette! ou Jerome

  3. J’ai découvert Chabouté avec cet album. Je me revois à la bibliothèque le lire debout, en me disant que j’allais le ramener chez moi pour le lire. Et puis, les minutes ont passé et j’avais tout lu d’une traite !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :