Tranche de vie

©Romaric Cazaux

Vers l’âge de cinq ans, Pierre voit son premier dessin animé au cinéma. Il s’en souvient comme si c’était hier. L’écran géant, le son qui vient de partout, les fauteuils rouges, l’ouvreuse qui propose des popcorn et autres friandises soigneusement rangées dans un panier en osier. Pelotonné dans les bras de sa mère, il est captivé par Rox et Rouky, cette histoire d’amitié entre un chien et un renard.

Les mois et les années qui suivent, Pierre regarde les Walt Disney les uns après les autres. En grandissant, les dessins animés laissent la place aux films. Tout son argent de poche passe dans les séances de cinéma et les cassettes vidéo. Pour ses treize ans, on lui offre le cadeau rêvé pour un cinéphile comme lui : un lecteur DVD !

En classe de troisième, il commence à réfléchir à ce qu’il veut faire après le collège. La conseillère d’orientation lui parle de l’option facultative cinéma-audiovisuel en classe de Seconde. Il se voit déjà acteur dans un grand film mais ses parents ne sont pas trop d’accord. Le seul lycée qui propose cet enseignement est malheureusement très loin de la maison.

Pierre a du caractère, ce n’est pas le genre à se laisser dicter ses choix par sa famille alors il leur met le marché en main : « c’est l’option cinéma où je ne fais plus rien en cours ». Son père et sa mère ne mettent finalement pas bien longtemps pour céder. Ils aiment leur fils et ce qui compte pour eux, c’est qu’il soit heureux et travaille bien à l’école pour pouvoir choisir un métier qui lui plaise plus tard.

Pendant trois ans, Pierre vit sa passion avec bonheur. Montage, réalisation, analyse filmique, histoire du cinéma, tout cela le passionne. Il ne se voit cependant plus travailler dans ce milieu. Les autres sont bien meilleurs que lui. Plus passionnés peut être mais surtout plus doués. Son Bac en poche, il décide d’aller à la fac pour faire complètement autre chose. Les années passent et toute cette période lui paraît bien loin.

Vers l’âge de quarante ans, en recherche d’un nouvel équilibre personnel, il tombe par hasard sur une annonce pour faire de la figuration dans un film. Un échange de mails, une conversation téléphonique, une court entretien et il renoue avec sa passion. Pour combien de temps ? Seul l’avenir le lui dira.

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

13 réflexions sur « Tranche de vie »

  1. La photo est un déclencheur pour moi. Parfois, je reste proche d’elle, parfois, je m’en éloigne beaucoup. Là, quand je l’ai vu, je me suis tout de suite dit que la personne qui était au centre était un acteur de cinéma. Ensuite, j’ai exploité cette idée.

  2. Difficile de ne pas se comparer aux autres et pourtant, on devrait se laisser porter par ses propres passions. Il faut parfois du temps, beaucoup d’années et de tergiversations avant de reprendre le vrai chemin, le nôtre. Et qui sait, de figurant, il voudra peut-être devenir réalisateur et mettre à profit toutes ces connaissances acquises et ce bagage délaissé parce qu’il se croyait moins bon que les autres.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :