Un avion sans elle – Michel Bussi

Le seul rescapé du crash du mont Terrible est un bébé de quelques mois à peine. Lyse-Rose de Carville ou Emilie Vitral : quelle est l’identité de cette petite fille qui se trouvait à bord de l’avion en provenance de Turquie avec ses parents ? Aujourd’hui, les analyses ADN permettraient de lever les incertitudes mais au début des années 1980, ces techniques modernes n’existent pas encore.

Les grands-parents de Lyse-Rose, des gens aisés, et ceux d’Emilie appartenant à un milieu beaucoup plus modeste, se déchirent. Le détective Crédule Grand-Duc est alors chargé par Madame de Carville de prouver l’identité de ce bébé. Pendant 18 ans -oui, vous avez bien lu 18 ans- il touche une somme plus que confortable et explore toutes les pistes sans jamais parvenir à ses fins.

Au moment où débute le roman, le bébé est devenu une belle jeune fille qui vient de fêter ses 18 ans. La question de son identité lui explose en pleine figure et Crédule Grand-Duc prétend avoir enfin trouvé la clé du mystère. Malheureusement il meurt avant d’avoir pu donner des explications.

Je défie qui que ce soit de découvrir le dénouement avant la lecture des dernières pages. En effet, Michel Bussi surprend son lecteur en explorant une piste totalement inattendue. Malheureusement, le reste du roman est un peu décevant. Les personnages sont caricaturaux : les gentils pauvres qui se saignent pour leurs petits-enfants d’un côté, les méchants riches qui cachent leur traitrise de l’autre, c’est du déjà vu. Quant au style, il devient vraiment lourd lorsque l’auteur interpelle le lecteur ou fait des remarques sur l’intrigue. En version audio, ça devient difficilement supportable…. L’entretien habile du suspens donne quand même envie de lire le roman jusqu’au bout et le dénouement est vraiment à la hauteur.

BUSSI, Michel, HATT, François, Un avion sans elle, Audiolib, 2016.

18 réflexions sur « Un avion sans elle – Michel Bussi »

  1. Je n’avais pas trop aimé ce livre, trop de clichés, trop de tout me semble t-il… J’ai aimé Nymphéas noirs mais je pense m’arrêter là avec cet auteur.

  2. Tu pointes tout ce qui ne m’avait déjà pas plu dans « Les nymphéas noirs ». Je n’ai pas récidivé et je crois que je vais en rester là.

    1. Non, je ne te le conseille pas. Je n’ai lu que deux livres de lui alors il vaut mieux que tu demandes conseil à une autre personne pour le choix.

    1. Ton avis est bien différent du mien alors et c’est tant mieux. Peut être que du coup certains décideront de laisser sa chance à ce roman.

La parole est à vous !