Un hiver avec le diable- Michel Quint

9782258136885Hiver 1953. Son Leica à la main, Robert Duvignage photographie les nouveaux nés à la maternité de Lille et soutire de l’argent aux mères grâce au « bébé du mois », une escroquerie de son invention. Quand il entre dans la chambre d’Hortense, quelque chose se passe. Il se prend tout de suite d’affection pour cette fille-mère qui allaite son nourrisson et lui répond du tac au tac, le perçant à jour sans rien dire.

Sur un coup de tête, il lui propose de la ramener chez elle, à Erquignies, un village dans lequel Hortense, récemment installée, exerce le métier d’institutrice. Bloquée par la neige, il reste sur place et aide à éteindre l’incendie d’une ferme dans lequel une famille entière décède, prise au piège par les flammes. Il n’en faut pas plus à Robert pour faire la connaissance de tous les habitants d’Erquignies. Bien décidé à connaître l’identité du coupable, il décide de rester quelques jours sur place… et accepte d’endosser le rôle du père de Roland, le bébé d’Hortense, face aux villageois.

En cette période d’après guerre, les tensions sont nombreuses à Erquignies comme dans beaucoup d’autres endroits. Les jeunes meurent en Indochine. L’épuration est encore dans toutes les têtes. Le passé est toujours présent. Hortense a peur mais de qui ? Et de quoi ? Robert et elle s’apprécient autant qu’ils se méfient l’un de l’autre…. Le procès d’Oradour-sur-Glane se déroule à Bordeaux et le sort des malgré-nous, ces jeunes alsaciens enrôlés de force par les allemands et qui ont participé au meurtre des habitants de tout un village, divise le peuple. Derrière tout cela, c’est la question de la part d’ombre qui réside en chacun d’entre nous qui est posée, sans manichéisme et avec intelligence.

Un hiver avec le diable est un roman fort documenté dans lequel la petite histoire croise la grande. Les nombreux personnages sont si bien croqués que le lecteur a l’impression de les voir vivre devant lui : la coiffeuse au passé obscur, le curé qui entretient une liaison clandestine, le patron du café-bar-épicerie et sa femme aguicheuse, Pierre et ses doigts manquants, etc. Tous cachent des secrets et le lecteur tourne les pages les unes après les autres avec envie de les percer. Sans être un coup de cœur, j’ai apprécié roman et je l’ai refermé avec l’envie de découvrir enfin Effroyables jardins, sans doute le titre le plus connu de l’auteur.

QUINT, Michel, Un hiver avec le diable, Presses de la cité, 2016.

11 réflexions sur « Un hiver avec le diable- Michel Quint »

    1. Je le découvre avec ce titre qui m’a donné envie d’en lire d’autres.
      J’espère que tu vas mieux. Je te souhaite un bon rétablissement.

La parole est à vous !