Un jour – David Nicholls

Une quatrième de couverture très alléchante et une fois de plus, j’ai craqué : Il me fallait ce livre !

« Épique, douce-amère, poignante, superbement construite, une sublime histoire d’amour sur près de vingt-ans, un roman drôle et subtilement lucide sur l’amitié, le passage à l’âge adulte, les illsusion perdues. Traduit dans ving-cinq langues, le livre qui a fait chavirer l’Europe toute entière.

1988. Après la fête de fin d’année, Emma et Dexter passent une nuit ensemble. Lui, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insoucient, frivole, dilettante ; elle, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions politiques.

 Commence alors une amitié improbable, une drôle d’histoire d’amour : Dexter voyage et collectionne les aventures ; Emma travaille dans un mauvais tex-mex ; il devient animateur télé et se perd dans les soirées branchées ; elle renonce à ses ambitions artistiques et enseigne l’anglais et le théâtre dans un collège difficile ; il se marie avec Sylvie, beauté froide et ambitieuse, et lui fait un enfant ; elle finit par vivre avec Ian, aspirant humouriste qui ne fait rire personne…

Dexter et Emma mènent des vies séparées alors que tout les ramène l’un à l’autre.

A moins que le destin, encore une fois, ne se jouent d’eux…« .

Rassurez-moi, vous aussi vous auriez craqué , non ?????? Malheureusement, les 530 pages de ce roman ne sont pas à la hauteur de cette quatrième de couverture ! Toute la première partie, dans laquelle Dexter se noie dans l’alcool, la drogue et le monde du show-biz m’a profondément ennuyée. C’est vrai que la vie d’Em fait pâle figure face aux trépidations de Dex mais au moins, elle a les pieds sur terre et ne vie pas dans une autre galaxie !

De plus, la quatrième de couv’ en dit beaucoup trop si bien qu’il n’y a pas vraiment de surprise pendant plus de 350 pages. Dommage car la dernière partie est beaucoup plus intéressante et aurait mérité d’être développée.

Ces quelques critiques mises à part, Un jour se laisse lire quand même. Disons que c’est une histoire d’amour de plus entre deux êtres que tout oppose, une lecture légère sans prise de tête. Il a même fait « l’effet d’avoir mis la main dans un paquet de bonbons Haribo » à une lectrice gourmande !

NICHOLLS, David, Un jour, Belfond, 2011.

 

 

7 pensées sur “Un jour – David Nicholls”

  1. Je vois que tu n’es pas tombée non plus dans le panneau … un peu trop cousu de fil blanc pour une énième comédie américaine tout çà ! dommage, il y avait matière à faire beaucoup mieux et surtout plus court.

  2. La 4ème sentait fort la guimauve tout de même, non ? Je ne crois pas que je me serais laissée prendre. D’autant plus que j’ai tendance à « me méfier » des romans Editions Belfond. Bonne journée Saxaoul.

  3. Je deviens méfiante lorsque le livre excède 500 pages : il faut que l’auteur soit très bon et son intrigue bien ficelée pour ne pas me lasser…

  4. @Aifelle : c’est du déjà vu, c’est certain !
    @Cécile : oui, c’est un peu vrai mais je me suis laissée avoir par mon côté fleur bleue…
    @Stéphie : je crois, oui !
    @soukee : je crois que je serai plus méfiante la prochaine fois !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :