Une maison parmi les arbres – Julia Glass

A la mort de Morty Lear, célèbre auteur et illustrateur jeunesse, Tomasina Daulair, dite Tommy, hérite de tous les biens de son patron. Outre une belle maison dans le Connecticut, elle a pour lourde tâche de gérer son patrimoine artistique, avec des directives bien précises. Tommy, qui était l’assistante de Morty depuis plus de trente ans, a l’habitude de s’occuper de beaucoup de choses. Au fil du temps, elle était devenue la confidente de l’artiste, celle qui l’aidait à gérer sa vie professionnelle et personnelle, celle dont il ne pouvait plus se passer. A tel point que Tommy a fini par emménager chez lui.

En mettent le nez dans son héritage, Tommy découvre que Morty n’était pas tout à fait celui qu’elle croyait être. Elle pensait qu’il n’avait pas de secret pour elle, ce n’est visiblement pas le cas. D’ailleurs ne garde-t-on pas toujours une part de mystère en nous ? Un célèbre acteur, engagé pour jouer le rôle de Morty au cinéma, cherche à fouiller le passé pour incarner au mieux le personnage. Tommy et lui vont faire des découvertes mais s’interroger aussi sur eux-mêmes. Un week-end improbable va les réunir avec Dani, le frère de Tommy, et Merry, conservatrice de musée et grande admiratrice de Morty. Tous ces personnages sont dépeints de manière remarquable, révélant ainsi tout le talent de Julia Glass. On les découvre petit à petit, bien plus complexes qu’il n’y parait au départ.

Fresque foisonnante, Une maison parmi les arbres souffre malheureusement de longueurs, notamment en raison de trop nombreuses digressions. On finit parfois par s’y perdre et par se demander où toute cette histoire va nous amener. De plus, il faut du temps pour s’habituer au style de l’auteur. En effet, Julia Glass use et abuse des tirets (surtout au début du roman), ce qui oblige à relire certaines phrases pour les comprendre. Cependant, quelques jours après avoir refermé le livre, j’en garde plutôt un souvenir agréable, dû à cette atmosphère si particulière, à ces personnages attachants, à la fois simples et complexes.

GLASS, Julia, Une maison parmi les arbres, Gallmeister, 2018.


16 réflexions sur « Une maison parmi les arbres – Julia Glass »

  1. C’est un roman dans lequel il faut prendre le temps d’entrer, je suis d’accord avec toi, mais au final j’ai vraiment aimé l’évolution de l’histoire et des personnages.

La parole est à vous !