Une photo, quelques mots #39

© Claude Huré

Prendre la parole en public ou s’adresser à un inconnu lui avait toujours demandé un effort considérable. Ses mains tremblaient, il bafouillait et la sueur perlait sur son dos. Je crois qu’au fond de lui, il se sentait inférieur aux autres. Et, même s’il savait que cette idée était fausse et ridicule, il n’arrivait pas à la combattre.

Dès son plus jeune âge, il s’était pourtant abreuvé de mots. Ceux de Prévert, Brel ou Brassens d’abord. Puis ceux des grands auteurs de la littérature française. Maman ne comprenait pas qu’il reste enfermé dans sa chambre pendant des heures à écouter des disques ou lire des romans alors qu’il y avait tant de choses à faire dehors. En plus, cela ne lui était d’aucun secours quand il fallait qu’il récite une poésie ou présente un exposé en classe par exemple.

Souvent, il recopiait de sa belle écriture certains passages de ses romans préférés dans des cahiers. Après sa mort, je les ai retrouvés, soigneusement rangés dans son secrétaire. Il y en avait aussi quelques uns plus gros que les autres que j’ai feuilletés machinalement. Je suis incapable de vous dire pourquoi je me suis attardé dessus ni comment j’ai compris que ces mots là, c’était lui qui les avait écrits.

Ce qu’il n’arrivait pas à dire, il l’écrivait et avec une bien jolie plume en plus. L’écriture avait été son arme la plus fidèle et je ne l’avais jamais su. Aujourd’hui, il ne me reste plus qu’à lire ses cahiers pour découvrir qui était véritablement mon frère.

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

11 pensées sur “Une photo, quelques mots #39”

  1. j’ai aussi retrouvé les carnets de on grand père et l’écriture avec la plume sergent major qui illuminait les pages, même ses livres de comptes en sont enjolivés !

  2. J’imagine ! J’ai eu la chance d’avoir entre les mains les carnets écrits par mon grand-père pendant la guerre et, même si je ne l’ai pas connu, c’était très émouvant.

  3. un bel hommage à l’écriture dans ton texte si juste ! Ce qui me donne l’occasion de renouveler mon éternelle reconnaissance à Leiloona pour ce fabuleux atelier hebdomadaire ! Bravo pour ton texte !

  4. Tomber sur vos commentaires aujourd’hui, je suis émue. Merci à vous. Ton texte aussi m’émeut, tant de belles plumes laissées dans des tiroirs … Et quel beau cadeau de retrouver son frère à travers ses mots. ♥

  5. Quelle belle histoire!….Et quelle belle écriture Saxaoul, il n’y a pas un mot qui ne soit necessaire dans ton texte, ils ont tous une raison d’être là…..Et pas un mot de trop non plus….C’est un style que j’aime beaucoup…..

  6. Ton texte est comme un écho à ma journée. Ma mère vient de retrouver des lettres expédiées par mon grand-père pendant la Seconde Guerre Mondiale. Je l’ai découvert sous un jour différent.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :