Une promesse – Sorj Chalandon

J’ai découvert Sorj Chalandon avec Le quatrième mur l’année dernière et j’ai eu un tel coup de coeur pour ce roman que je poursuis petit à petit ma découverte de l’auteur.

Une promesse emporte le lecteur dans un village perdu de Mayenne. Là-bas, vivent des gens simples souvent malmenés par la vie. A l’orée de ce village, il y a une maison aux volets clos où tout semble silencieux. C’est la maison d’Etienne et de Fauvette.

Etienne a perdu son père en mer alors qu’il était encore adolescent. Sa mère a quitté le littoral avec son frère et lui pour se rendre dans un endroit où la terre est le seul horizon. C’est comme cela qu’il est arrivé au village. Fauvette est une ancienne institutrice qui aime les mots croisés. Son mari, lui, passe plutôt son temps à regarder ses timbres et l’un d’entre eux en particulier, celui qui a un lien avec l’histoire de Milon de Crotone.

Chaque jour de la semaine, des hommes et des femmes liés par une promesse se rendent dans leur maison. Le lundi, Paradis ouvre les portes et remonte le mécanisme de l’horloge suisse. Le mardi, c’est Léo qui fait retentir la cloche. Berthevin allume puis éteint les lumières le mercredi. Madeleine apporte des fleurs et met le couvert le jeudi. Le bosco, le frère d’Etienne, celui qui est à l’origine de la promesse, vient le vendredi. Le samedi, c’est au tour d’Ivan et le dimanche celui de Blancheterre.

Tout ces personnages révèlent leur passé et leurs failles au fil des pages. Ce sont des gens simples comme on aimerait en croiser plus souvent. Ils ne sont pas épargnés par la vie mais l’amitié et la loyauté sont des mots qui ont un sens important pour eux. Leur comportement le prouve. Il n’y a pas besoin de mots pour dire ces choses là.

Dès le départ, une atmosphère de mystère plane sur ce roman et plus particulièrement sur la maison. Il faut accepter de ne pas tout comprendre tout de suite et se laisser porter par cette histoire envoûtante. On a parfois l’impression de lire un conte, une fable. On ne sait plus trop où le réel laisse la place à l’imaginaire.

J’ai refermé le livre en me disant que Sorj Chalandon est vraiment un auteur formidable. Il me reste encore Le petit Bonzi et La légende de nos pères à découvrir, j’ai de la chance !

CHALANDON, Sorj, Une promesse, Le livre de poche, 2008.

8 pensées sur “Une promesse – Sorj Chalandon”

  1. Je le retiens aussi, la quatrième de couverture ne me tentait pas trop. Pour ma part, m’attendent dans ma bibliothèque La légende de nos pères et Le quatrième mur

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :