« Une vie à coucher dehors » de Sylvain Tesson

Généralement, je n’apprécie pas les nouvelles mais Sylvain Tesson est un écrivain que j’aime beaucoup  : ses récits de voyage me font rêver ! Je me suis  donc laissée tenter par ce recueil de 15 nouvelles dont les chutes, toutes tragiques, rappellent que la nature est plus forte que l’homme. Ces histoires sont terriblement tristes mais malheureusement, je crois que la vie est ainsi faite.

Dès les premières lignes, la magie opère et le lecteur se retrouve plongé dans les lieus décrits par l’auteur :

« J – 20

La cabane fumait sur la rive du lac. Piotr ouvrit les yeux à 9 heures du matin. En novembre, dans la forêt, on n’est pas pressé de se lever. Entre un lit bien chaud et le sous-bois glacé, le corps n’hésite pas. Les fonctions internes maintiennent le corps dans le sommeil le plus longtemps possible. C’est la variante psychologique de l’hibernation. Ceux qui ont dormi près d’un poêle dans l’hiver sibérien comprendront. » Le lac (p. 75).

ou encore :

« _ Salaud !

On entendait tinter les bouteilles longtemps avant d’apercevoir le livreur. Chaque soir, la scène était la même : Edolfius se rangeait pour laisser passer le camion et se protégeait le nez avec son foulard, mais la poussière lui fourrageait les muqueuses et lui laissait un goût d’emplâtre dans la bouche. Il toussait, crachait, s’étranglait. Un petit filet de bave brunie lui coulait dans la barbe. Alors il insultait le livreur, la piste, sa vie. On ne pèse pas grand chose sur cette terre lorsqu’on est réduit à gueuler contre la poussière. » L’asphalte  (p.11).

Un livre pour se dépayser, pour voyager en Géorgie, au bord du lac Baïkal, au Népal ou encore au Cap Horn mais aussi pour réfléchir sur le sort de l’homme, la force du destin et les lois de la nature. Un vrai régal !

TESSON, Sylvain Une vie à coucher dehors, Gallimard, 2009.

12 pensées sur “« Une vie à coucher dehors » de Sylvain Tesson”

  1. je vais le lire je crois. Et je vais voir l’auteur à la fin du mois car c’est lui le Président des « écrans de l’aventure » qui chaque année récompense un film d’aventure. Trois jours de films… je me réserve mon vendredi soir et samedi toute la journée pour aller rêver…

  2. Moi qui n’aime ni la nature ni le vélo, j’ai pourtant bien aimé son roman qui parle de son périple autour du monde, je crois que c’était « On a roulé sur la Terre ». Très dépaysant…

  3. @keisha : si tu veux, il peut voyager jusqu’à chez toi. Il te rappellera sans doute des souvenirs de voyage.
    @Thaïs : quelle chanceuse. Tu nous raconteras, j’espère ! Je peux te le prêter si tu veux.
    @Ys : c’est bien ça le titre: ça raconte un tour du monde à vélo avec Alexandre Poussin. @Gambadou : en matière de dépaysement, tu ne seras pas déçue je pense. Même remarque qu’aux autres, je peux te le prêter.
    @antigone : je ne connais pas assez tes goûts pour savoir si ça peut te plaire… Bonne fin de w-e. @Lilibook : ça me fait penser à une chanson de Renaud qui dit que l’essentiel à nous apprendre, c’est l’amour des livres qui fait que tu peux voyager de ta chambre autour de l’humanité. Avec ce livre, c’est tout à fait ça.
    @Neph : belle acquisition !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :