Verte – Marie Desplechin et Magali Le Huche

Dans la famille de Verte -quel drôle de prénom !- on est sorcière de mère en fille. A onze ans, l’adolescente n’a que faire de cet héritage et aspire à une vie normale, comme celle de tous ses camarades de classe. Au grand désespoir de sa mère, elle s’intéresse aux garçons et ne présente aucun signe de sorcellerie. De là à penser que c’est une idiote ennuyeuse et prétentieuse, il n’y a qu’un pas qu’Ursule -oui, oui, vous avez bien lu, la mère s’appelle Ursule- franchit aisément !

Verte est donc confier à sa grand-mère -Anastabotte !-le mercredi pour apprendre les rudiments du métier. Cette dernière étant beaucoup plus ouverte d’esprit et beaucoup plus agréable, les choses se passent différemment. Dès la première séance, des phénomènes assez incroyables se déroulent sous les yeux du lecteur.

Adaptation du roman de Marie Desplechin (que je n’ai jamais lu), cette bande dessinée est un concentré de joie, de bonne humeur et d’humour. Des thèmes importants comme celui de l’héritage familial, des relations mère-fille, de l’amour ou de la place du père sont traités avec une apparente légèreté. Au final, le propos n’est pas si anodin que cela.

C’est un vrai régal de retrouver les dessins de Magali Le Huche. Mention spécial à l’atelier d’Anastabotte représenté sur une double page magnifique. Si vous n’avez pas encore lu cette BD, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire !

DESPLECHIN, Marie, LE HUCHE, Magali, Verte, Rue de Sèvres, 2017.

RDV chez Noukette cette semaine pour découvrir d’autres BD.

18 réflexions sur « Verte – Marie Desplechin et Magali Le Huche »

  1. moi non plus je n’ai pas lu le roman, mais je me suis aussi régalée avec cette adaptation! tout comme une petite fille à qui j’ai offert l’album!

    1. Je l’ai laissé traîner sur la table du salon et du coup ma fille l’a feuilleté mais elle ne l’a pas lu. Elle a 8 ans et son rapport à la lecture n’est le même que le mien. On verra bien si en grandissant elle lit un peu plus…

La parole est à vous !