Violette Morris : A abattre par tous les moyens – Rey, Galic, Kris et Bonnet

Département de l’Eure, septembre 1945. Les corps de quatre adultes et deux enfants sont retrouvés dans la cour d’une ferme. Parmi eux, celui de Violette Morris, une athlète multisports aux performances impressionnantes. Sa mastectomie et son physique hors du commun ne laissent aucun doute sur son identité. Accusée de collaboration avec l’ennemi, elle a été abattue le 26 avril 1944 par les résistants du maquis Surcouf alors qu’elle était au volant de sa 15 CV Citroën. Lucie Blumenthal, avocate devenue détective après la guerre, cherche à comprendre comment un telle femme a pu passer de la lumière à l’ombre.

Bertrand Galic et Kris mettent l’accent sur la vie de Violette Morris. Si le personnage a réellement existé, les deux scénaristes recherchent la vérité de cette femme atypique à travers la fiction. Boxeuse, nageuse, lanceuse de javelot, conductrice automobile : la vie de Violette, c’est le sport. Elle n’hésite pas à affronter les hommes. Avec sa coupe de cheveux masculine, ses pantalons -à une époque où les femmes ne portent que des jupes- et son langage de charretière, elle est loin de faire l’unanimité. Et sa bisexualité n’arrange rien. Comment cette femme qui transportait les malades pendant la Première Guerre mondiale est-elle devenue « la hyène de la Gestapo » ? Son assassinat ne cache t-il pas une autre réalité ?

Il faudra malheureusement attendre la suite de cette bande dessinée pour en savoir plus. C’est frustrant ! Le scénario navigue entre la vie de Violette Morris avant la Seconde Guerre mondiale et l’enquête de Lucie Blumenthal. Kris et Galic ont le mérite de mettre en avant un personnage trouble dont on parle peu.  Ils montrent dans ce premier opus, intitulé Première comparution, pourquoi cette femme dérange.

Le dessin de Javi Rey, très dynamique, met en scène avec brio le corps de l’athlète, ses expressions, les compétitions sportives. Un dossier documentaire de Marie-Jo Bonnet apporte des informations complémentaires sur les origines familiales, les performances de cette force de la nature et son engagement pour la reconnaissance du sport féminin. Mais comme le scénario, il ne dit rien sur la collaboration. Il faudra donc attendre la parution de la Deuxième comparution pour en savoir plus. Vivement sa sortie !

REY, Javi, GALIC, Bertrand, KRIS, BONNET, Marie-Jo, Violette Morris : A abattre par tous les moyens : Première comparution, Futuropolis, 2018.

Cette semaine, c’est chez Moka que vous découvrirez d’autres belles bandes dessinées !

 

25 réflexions sur « Violette Morris : A abattre par tous les moyens – Rey, Galic, Kris et Bonnet »

    1. Oui, je te le conseille ! J’ai été faire des recherches sur Internet pour connaître le fin mot de cette histoire mais ce n’est pas pareil que lire la BD, qui laisse la place à l’interprétation des faits.

  1. Je ne connaissais pas du tout cette femme mais ce que tu dis m’intrigue beaucoup. Et j’irai bien faire quelques recherches sur internet avant de lire la BD!
    Merci pour la découverte !

  2. Je ne connais pas le personnage, mais le scénariste oui, donc je ne doute pas de la qualité de cet album ! Mais je vais attendre la suite avant de me lancer (sinon, je risque d’avoir oublié l’histoire du 1er à la sortie du 2nd tome…)

La parole est à vous !