Voyage aux îles de la Désolation – Emmanuel Lepage

Crozot, Amsterdam, Saint-Paul et la mythique Kerguelen : ces îles de l’Antarctique sont peuplées d’animaux et de quelques scientifiques. Jadis, on les surnommait les îles de la Désolation. En 2010, Emmanuel Lepage a l’opportunité de passer un mois à bord du Marion Dufresne, un bateau chargé d’effectuer des missions de ravitaillement sur ces territoires du bout du monde. Il découvre la mer, parfois hostile, la vie à bord d’un gros bateau, les hommes et les femmes qui y travaillent souvent dans des conditions difficiles, les scientifiques qui partent en missions sur les îles ou en reviennent, etc.

Curieux, Emmanuel Lepage s’imprègne de son environnement mais s’intéresse aussi aux gens et à leur travail. Il ne juge pas. Il essaie plutôt de comprendre chaque personne qu’il rencontre. Le lecteur découvre ainsi le désaccord de la communauté scientifique sur le fait d’autoriser ou non les potagers sur les îles. Certains estiment que c’est essentiel pour pouvoir manger des légumes – ils sont coupés du monde et vivent en autarcie pendant plusieurs mois- d’autres pensent que ça bouleverse trop la biodiversité locale.

Le dessinateur croque aussi de jolis portraits et de magnifiques paysages, parfois très vite quand les éléments extérieurs sont hostiles. D’autres sont plus travaillés. Certains, sur double page, sont même impressionnants !

A la fois récit de voyage, et bande dessinée documentaire, Voyage aux île de la Désolation est une vraie réussite. Moins introspectif qu’Un printemps à Tchernobyl, il permet au lecteur de partir à l’aventure dans des contrées mystérieuses et inhospitalières depuis son canapé.

« Ce qui est étrange avec le voyage, c’est qu’on ne comprend qu’après -et encore pas toujours- ce qu’on est allé chercher. » p.7

LEPAGE, Emmanuel, Voyage aux îles de la Désolation, Futuropolis, 2011.

9 pensées sur “Voyage aux îles de la Désolation – Emmanuel Lepage”

  1. Cette Bd est sur ma table de nuit (ou plutôt dessous car je n’arrivais plus à voir mon réveil avec ma PAL devant…), du coup, j’ai lu ton billet en diagonal, j’y reviendrai quand je l’aurai lu.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :