Zou ! – Anne-Véronique Herter

 « Zou ! », c’est un mot que je dis très souvent à ma fille pour lui dire qu’on s’en va quelque part ou qu’il faut qu’elle se bouge. C’est aussi le titre de ce roman. C’est en lisant la première de couverture que j’ai découvert que c’était le diminutif de « Zoumaï » qui signifie un passage à l’action en occitan provençal. Et le sens est ici bien plus profond que celui dans lequel je l’utilise habituellement.

En même temps que la maison de vacances qui appartient à sa famille depuis des générations, Chance doit aussi quitter tous les vieux démons, imaginaires ou réels, qui la poursuivent depuis des années et des années.

« Tu ne peux pas réécrire le passé. Il faut l’accepter. » p.119 S’il est certes difficile d’émettre un avis contraire à cette affirmation, il y a tout de même une marge entre la théorie et la réalité.

Dire « Zou ! » et passer à autre chose, c’est parfois un peu compliqué. Surtout quand on est né quelques temps après le décès de son frère, qu’on a une grand-mère méchante et un père fantasque mort trop tôt.

Pour aller de l’avant, Chance a besoin de revenir sur son passé. Et quand ce n’est pas elle, c’est la page blanche, la maison familiale ou le muret de pierre avec vue sur la mer qui s’expriment pour donner leur point de vue.

Chance fait tout cela pour elle. Sa fille n’aura sans doute pas ce problème :

« Je suis très fière qu’elle ait du caractère. Elle pourra se défendre, ne se laissera pas étouffer par le poids d’une tradition ou le passé de sa mère. Elle aura les armes d’une battante, le charme d’une sirène, de l’humour, et gardera son toupet. Elle ne ressemble qu’à elle, et c’est parfait comme ça. » p. 62

Nous avons tous de vieilles casseroles dernière nous. Pour les chanceux, elles sont peu nombreuses. Pour les autres, il faut faire avec… Le poids de l’héritage familial est une question qui m’intéresse beaucoup et je dois avouer que je me suis ruée sur ce roman dès que je l’ai eu entre les mains. Le problème, c’est que j’en attendais peu être un peu trop. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé. Certains passages m’ont parlé mais je suis restée assez extérieure à cette histoire. Il m’a manqué quelque chose -je ne saurais pas dire quoi- pour m’identifier à Chance et faire de Zou ! un coup de coeur qui résonne en moi. Cela ne m’empêchera pas de relire cet auteur !

Les avis de Stephie, Noukette, Leiloona, Sophie, Sylire et l’Irrégulière.

HERTER, Anne-Véronique, Zou !, Michalon, 2014.

Merci à Priceminister et à Olivier Moss de m’avoir permis de découvrir ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire.

10 pensées sur “Zou ! – Anne-Véronique Herter”

  1. Merci pour votre article. Je suis désolée que le courant ne soit pas passé comme nous l’espérions entre Zou! et vous, mais.j’espère vraiment que mon prochain roman vous confirmera que vous avez eu raison de me suivre… A très bientôt et belle journée !

  2. Merci à vous pour votre bonne humeur et votre passage ici. Certains auteurs n’apprécient pas toujours quand on fait de remarques sur leur livre ou qu’on passe à côté. Ce n’est pas votre cas et cela est vraiment agréable. Rien que pour ça, je lirai votre prochain livre !

  3. Quand on lit mon dernier commentaire : « c’est bien normal », je réponds à L’Irrégulière qui dit qu’on ne peut pas plaire à tous… Comme ma réponse est placée, on croit que je dis qu’il était normal que vous ayez eu le souhait d’aimer Zou ! Hm hm… : je semble bien prétentieuse !!! allez, je vais être prétentieuse maintenant : vous aimerez mon prochain ! Inch hallah

  4. J’ai très envie de le lire depuis que Anne-Véronique participe aux ateliers d’écriture de Leiloona car sa plume me plait beaucoup. Même si ce n’est pas un coup de coeur pour toi, ton avis est bien loin d’être négatif.

  5. J’ai beaucoup aimé alors que je n’en attendais rien de précis. C’est quelque chose quand même de partir à la découverte d’un premier roman, j’ai aimé cette « voix », je la relirai, c’est certain !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :