5,84 km – 34’17

Un article sur la course à pied ? Non, fidèles lecteurs, vous ne vous êtes pas trompés d’endroit. A l’origine, ce blog a pour titre Échappées parce que j’avais l’intention d’y parler de tout ce qui me permet de m’évader du quotidien. Les livres donc, mais aussi les voyages, le balades, etc. Rapidement, je n’ai parlé ici que de mes lectures.  Il n’est pas trop tard pour rétablir le cap !

Depuis longtemps, je cours. Pas très vite, mais je cours. Pour avoir ma dose d’oxygène. Pour évacuer les tensions. Pour être capable de prendre du recul. Pour me confronter à moi-même. Pour connaître mes limites et jouer avec elles. Pour me surpasser. Pour être seule. Pour fuir et mieux revenir après. Pour m’échapper.

Dimanche dernier, j’ai couru pour une toute autre raison. Il y a 3 ans une jeune maman de 33 ans décédait d’un cancer du sein. Depuis, chaque année, son mari, sa famille, ses amis organisent l’Orange Run, une course 100% féminine autour du lac d’Hossegor. Pas de classement, pas de chrono, juste un moment de solidarité et de partage dont les bénéfices sont reversés à la recherche contre le cancer du sein.

Pour être honnête, j’avais prévu de courir tranquillement aux côtés de mes copines, moins sportives que moi. Et puis, une collègue a décidé de se donner à fond, d’aller au maximum de ce dont elle est capable. Elle m’a donné le coup de pied aux fesses dont j’avais besoin. J’ai voulu la suivre, essayer moi aussi de me surpasser pour toutes celles qui ne peuvent pas en faire autant.

Quelle fierté à l’arrivée de réaliser que j’ai couru les 5,84 km en 34,17 minutes soit une moyenne de 10,2 km/h. Le parcours n’est pas facile puisque parsemé de passages dans le sable et surtout il ne me correspond pas. En effet, les courtes distances exigent un départ rapide et je suis un vrai diesel. Ce temps paraîtra bien modeste aux coureurs réguliers, les non sportifs seront peut-être impressionnés. Qu’importe ! Se donner à fond, pour soi mais aussi pour d’autres, fait un bien fou au moral. Et c’est bien là l’essentiel.

20 réflexions sur « 5,84 km – 34’17 »

  1. Un temps correct, tu sais. Perso je me contente d’un footing par semaine, à mon rythme, plus de courses (où on se dépasse, c’est vrai) car mes mollets n’aiment pas le bitume
    Mais si c’était pour une bonne cause…

    1. Je cours également une fois par semaine depuis de nombreuses années. Pas plus parce que ce n’est pas mon sport. Trop dur, trop ingrat, trop solitaire. Cette course m’a fait un bien fou, le fait d’être en groupe, se laisser porter par les autres, et aider ma collègue quand elle a flanché un peu aussi.

    1. Je n’aurais pas tenu un tel rythme sur 10km, en tous cas pas sur un parcours comme celui-là. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas donnée à ce point.

  2. Ton temps ne me dit rien, parce que je n’y connais rien ! 😉 Courir n’a jamais été dans mes cordes .. mais bravo pour le geste de solidarité et la performance. Le collectif ça fait du bien parfois.

    1. Je crois que si j’ai fait un sport co pendant 15 ans, ce n’est pas un hasard. Je cours par nécessité mais ce n’est pas mon sport de prédilection…

  3. Bonsoir Saxaoul, comme Aifelle ce temps ne me dit rien mais 10km/h, c’est plus que bien. Moi je ne cours pas, j’ai tout de suite le coeur qui bat vite. En revanche, j’aime bien marcher. Bonne soirée.

  4. Bravo ! J’aime beaucoup courir, depuis 4-5 ans à peu près mais je n’ai jamais participé à des courses officielles. Je fais généralement 10 kms en 1h au meilleur de ma forme … et sur du plat sans obstacles, alors bravo!

    1. C’est la première fois que je faisais un tel temps. Aujourd’hui, je n’ai même pas réussi à aller à plus de 9km/h. Il faut dire que les conditions météo n’étaient pas très favorables non plus…

  5. Je n’ai aucune idée de la performance mais super moment quoi qu’il en soit…je suis passé à Hossegor il n’y a pas longtemps, mais pas arrêté, j’ai fait halte à Capbreton, entre autres !

  6. Bravo pour cette course! Ta conclusion est juste parfaite et reflète tout! Je cours depuis Janvier, au début par défi envers moi même et dans le but de participer aussi à une course solidaire (« Courir pour elles » à Lyon qui aura lieu le 27/05), et puis j’y ai pris goût et me découvre des envies de progression et de nouveaux objectifs!

    1. Le 27 mai, c’est bientôt ! Je te souhaite une belle course. Tu vas voir, c’est vraiment sympa de participer à une telle manifestation. J’ai peu de coureuses à pied régulières dans mon entourage mais ça m’a donné envie de participer plus souvent à des courses.

  7. On peut être une coureuse régulière et ne pas courir vite, tu sais. C’est mon cas. Je suis contente d’avoir fait une fois un 10 km en en moins d’une heure (à quelques secondes près) et ça me suffira jusqu’à la fin de ma vie , je suppose. Déjà, ces courses roses (enfin orange pour toi), moi, j’en adore le concept, le sentiment qui s’en dégage. Alors bravo à toi ! Et je suis bien d’accord, moi, je cours désormais surtout pour faire le tri dans mes idées parce que, comme je l’écrivais récemment sur mon blog dans un commentaire, courir, pour moi, c’est comme passer toutes mes idées dans une passoire, le superflu part avec l’eau par les trous et ce qui reste, c’est finalement l’essentiel.

    1. Honnêtement, sans le sport je ne sais pas comment je ferais pour être bien dans ma peau. Je suis incapable de prendre du recul, de faire la part des choses et d’évacuer les tensions de manière aussi efficace qu’en courant, marchant, nageant, etc. Et en plus, c’est avec le sport que je me suis construite à l’adolescence et que j’ai appris à me connaître. C’est un élément constitutif de ma vie, au même titre que la lecture. D’ailleurs ce n’est peut être pas un hasard si au lycée je voulais être prof d’EPS…

La parole est à vous !