Azrayen’ – Lax et Giroud

Algérie, 1957. Le lieutenant Messonnier et ses hommes, des harkis, sont portés disparus depuis deux semaines. L’armée française, représentée par le capitaine Valéra, part à sa recherche dans les montagnes kabyles. Où est passé celui que la population locale a surnommé Azrayen’, l’Ange de la Mort ? A t-il été trahi par ses hommes ? A t-il été victime du FLN (Front de Libération Nationale) ? Est-il passé à l’ennemi ? Toutes les hypothèses sont permises…

Taklhit, une jeune institutrice berbère qui était la maîtresse de Messonnier, s’inquiète elle aussi. Elle est contrainte de participer aux recherches mais ne souhaite pas collaborer avec l’armée. Indépendante, cultivée, elle ne se laisse pas dominer par les colonisateurs et ne cautionne pas certains comportements.

Quinze ans après la publication de cette bande dessinée, les choses n’ont guère évolué et la guerre d’Algérie est toujours un sujet difficile qui cristallise beaucoup de controverses et de tensions. Giroud réussit cependant ici à entrer dans le coeur du sujet sans vraiment porter de jugement. Son propos est de comprendre le point de vue des différents protagonistes. Il montre d’ailleurs très bien les nombreux désaccords que ce soit au sein même de l’armée française ou des indépendantistes. L’absurdité et la bêtise des comportements en tant de guerre sont mises en avant à de nombreuses reprises, jusqu’à atteindre des extrêmes dans le dénouement.

Les dessins de Lax, majoritairement de couleur ocre, sont très réalistes et collent parfaitement à l’image que l’on peut se faire de la Kabylie de l’époque. Les paysages, les habitations, les tenues vestimentaires, le froid, la terreur, la misère, la faim, la mort : tout y est. Et en plus, ça fourmille de détails !

La préface et l’annexe apportent de nombreuses informations complémentaires intéressantes, que ce soit au niveau historique ou au sujet de la construction du scénario. Cette bande dessinée exigeante, mélant documentaire et fiction, est à conseiller à tous ceux qui s’intéressent à la guerre d’Algérie.

LAX, Christian, GIROUD, Frank, Azrayen’, Dupuis, 2004.

3 réflexions sur « Azrayen’ – Lax et Giroud »

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :