Canada – Richard Ford – Lu par Thibault de Montalembert

« D’abord, je vais raconter le hold-up que mes parents ont commis. Ensuite les meurtres qui se sont produits plus tard. » Voici les deux premières phrases de ce roman. On pourrait donc penser qu’il n’y a aucun suspens. Détrompez vous ! Le lecteur se demande constamment comment les choses se sont produites et comment le narrateur, Dell Parsons, un jeune garçon âgé de 16 ans au moment des faits, s’en est sorti.

Le roman commence en 1960, aux États-Unis, dans la ville de Great Falls, Montana. Bev, le père de Dell, ancien pilote de l’Air Force, vient de quitter l’armée contraint et forcé. Il cherche du travail dans le civil. C’est un homme avenant dont la personnalité contraste avec celle de sa femme, plutôt repliée sur elle même et surtout sur ses principes. La famille est habituée à déménager souvent et côtoie très peu de monde.

Pendant un long moment, l’auteur plante le décor et tente d’expliquer comment le couple en est arrivé à braquer une banque. La personnalité de chacun des quatre membres de la famille -Dell a une soeur jumelle- est expliquée très finement.

Le hold-up a bien entendu influencé très fortement la vie de Dell et de sa soeur. On retrouve d’ailleurs le jeune homme quelques temps après au Canada. On pense que le pire est passé pour lui. Malheureusement, le destin le poursuit. Il est assez passif par rapport à ce qui lui arrive mais ce qu’il ressent à ce moment là est assez bien expliqué.

Dell a une personnalité et une capacité de résilience incroyables. C’est ce qui le sauve. 50 ans après les faits, il raconte sa propre histoire avec recul et clairvoyance. Il dissèque et analyse tout. On le voit grandir au fur et à mesure des évènements puis, on le retrouve à l’âge adulte. Vient alors le moment de faire un bilan des conséquences du hold-up et des meurtres. 

Canada est un roman d’initiation que j’ai lu sans réel plaisir bien que je reconnaisse sa grande qualité littéraire. Je le trouve intéressant mais ce n’est pas le genre de livre que j’apprécie. Il ne s’y passe finalement pas grand chose et la voix de Thibault de Montalembert ne fait que renforcer cette monotonie.

Les avis divisés de Sandrine, Enna, Mrs B., Valérie et Sylire.

FORD, Richard, DE MONTALEMBERT, Thibault, Canada, Audiolib, 2014.

10 réflexions sur « Canada – Richard Ford – Lu par Thibault de Montalembert »

  1. finalement tu as moins aimé que j’aurai pu le penser en lisant tes commentaires ici ou là. Moi j’ai bien aimé (sans que ce soit un coup de coeur) mais je crois que j’aurai eu beaucoup plus de mal en version papier!

  2. Nous sommes d’accord pour la monotonie véhiculée par le lecteur. Quant à des romans d’initiation j’en ai lu des bien meilleurs.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :