Charlotte et moi 2 – Olivier Clert

A la fin du premier tome, Charlotte, jeune femme obèse élevée par sa grand-mère et Gus, un petit garçon dont les parents viennent de se séparer, se découvrent un rêve commun : aller à la capitale. Elle pour retrouver la trace de sa mère inconnue. Lui pour rendre visite à son père qu’il n’a pas vu depuis des mois. On les retrouve au début de ce second tome à leur arrivée dans un Paris qui ressemble à une jungle. Charlotte n’est pas à l’aise dans le métro bondé. Tout le monde est dans sa bulle. Personne ne se parle. L’accordéoniste peine à récolter quelques pièces. Charlotte se laisse guider par Gus.

Plan en mains, le petit garçon l’emmène chez un antiquaire où elle découvre une photo d’un jeune marin qui aurait été retrouvée par les personnes qui ont vidé la cave de l’appartement de sa mère.  Charlotte est persuadée qu’il s’agit de son père… Gus, quant à lui, met beaucoup d’espoir dans les retrouvailles avec son père.

Pendant que les deux amis passent la nuit dans une chambre d’hôtel, tout le monde s’inquiète de leur disparition. Les autorités pensent que Charlotte a enlevé Gus et déclenchent une alerte enlèvement. Au même moment, l’évadé de prison du premier tome, recherché par la police, se planque dans une chambre voisine.

Malgré une tonalité plus dure, plus amère, l’album laisse beaucoup de place à la sensibilité. Charlotte et Gus sont confrontés à une réalité qu’ils ne comprennent pas et doivent faire face chacun de leur côté à des déceptions. Ils s’accrochent l’un à l’autre, se repoussent quand la vie devient trop injuste avec eux. Si les rôles de l’adulte et de l’enfant sont parfois inversés, les deux amis sont toujours là l’un pour l’autre. Charlotte répond présente aux moments où l’on ne s’y attend pas forcément. Elle fait ce qu’elle peut dans ce monde dont elle n’a pas les clés.

Le trait en rondeur d’Olivier Clert est un véritablement enchantement tout comme son ton faussement naïf et ses cadrages variés qui donnent une belle dynamique. Une histoire pleine de délicatesse, de poésie, d’amour, mais aussi d’aventure et d’humour à découvrir absolument !

Noukette et Sabine rendent un bel hommage à cet album.

CLERT, Olivier, Charlotte et moi 2, Makaka Éditions, 2018.

Cette semaine, c’est chez Stephie que vous découvrirez d’autres BD.

18 réflexions sur « Charlotte et moi 2 – Olivier Clert »

  1. J’ai lu (mais pas encore chroniqué) le tome 1 et j’ai beaucoup aimé. J’attends que le 2 soit dispo dans ma médiathèque pour faire un billet sur les 2

    1. Ou alors il faut attendre la série complète. Je trouve ça intéressant aussi de donner un avis sur l’ensemble d’une série.

    1. Moi aussi. Le dénouement laisse le lecteur sur sa faim, j’espère que cette suite nous révélera de jolies surprises.

La parole est à vous !