Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) – Pasacl Morin

Depuis quelques années, j’ai tendance à ne lire que des livres dont j’ai entendu parler sur les blogs. L’avantage, c’est que je fais beaucoup moins de mauvaises pioches qu’avant. L’inconvénient, c’est que je sors rarement de ma zone de confort et qu’on entend souvent parler des mêmes livres. Pour changer, j’ai décidé de suivre les conseils de Page des libraires, un de mes magazines favoris, et de me lancer dans la lecture de ce roman dont je n’avais jamais entendu parler auparavant.

Catherine Tournant est à un tournant de sa vie. Non, non, ce n’est pas une blague lourde, c’est la vérité. Enseignante, divorcée et BCBG, elle voit son petit monde s’écrouler suite au décès de la mère d’une élève. Cet évènement ne l’affecte pas outre mesure mais il agit comme un déclencheur.

Elle qui n’est jamais absente, se retrouve en arrêt de maladie et fait la connaissance d’un jeune plombier, Dimitri Diop, qui se remet en question depuis que sa petite amie l’a quitté. Natacha Jackowska, l’élève dont la mère est décédée, est finalement soulagée d’être orpheline. Elle va pouvoir vivre comme elle l’entend et commence par se teindre les cheveux et se faire une coupe maison. Jérémie Lesdiguière, styliste gay, ne supporte plus la superficialité du monde dans lequel il évolue. Eve-Marie Saada, psychanalyste, est fragilisée par une remarque désagréable de son frère qui touche à l’histoire de la famille.

Vous l’aurez compris, tous ces personnages sont à une étape de leur vie. Ils doutent et se remettent en question. Leurs certitudes volent en éclat, il est nécessaire pour eux de trouver un second souffle. C’est à ce prix qu’ils pourront trouver l’amour et/ou le bonheur.

Il est cependant dommage que les liens qui les unissent soient trop lâches. La scène finale dans laquelle ils se retrouvent tous ensemble est trop invraisemblable et ne suffit pas à créer ce lien.

L’humour est souvent au rendez-vous et sert la critique de notre société. Les personnages se heurtent à leur préjugés ou à leurs illusions. Qui n’en a pas ? Le lecteur se retrouve donc forcément derrière l’un d’entre eux à un moment ou à un autre.

Au final, je ne regrette pas d’être sortie de ma zone de confort, même si c’est pour une lecture en demi-teinte. Prochain challenge : choisir un livre d’un auteur inconnu sans le conseil de qui que ce soit ?

MORIN, Pascal, Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales), Le Rouergue, 2013.

11 réflexions sur « Comment trouver l’amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) – Pasacl Morin »

  1. Je le lirai peut-être pendant des vacances, sans trop en attendre .. c’est bien de se lancer au hasard, ça m’arrive de le faire aussi. Je fais tout de même attention à la maison d’édition.

  2. Je l’ai lu (il y a un bout de temps) car vu sur le présentoir de la bibli. Comme toi j’aime bien de temps en temps lire sans trop savoir ce que ça va donner. Mais les blogs donnent des idées aussi, non?

  3. Oui les blogs donnent des idées mais je suis les conseils de mes libraires et je fais de belles découvertes( même si c’est un livre dont on n’a pas parlé sur les blogs)!

  4. Je suis comme Violette, ce genre de titre à rallonge qui se voudrait drôle et ne l’est pas vraiment, ça a tendance à me faire fuir (et ça devient une vraie mode !).

  5. J’en ai parlé récemment aussi. Je me suis laissé emporter par le style et l’humour. Bien sûr, il n’est pas parfait (clichés, fin un peu grosse…) mais il offre un bon moment de lecture!

  6. Pas trop tentée par celui-ci, par contre j’aime aussi découvrir des livres que je ne connais pas, j’ai tendance à les choisir suivant la maison d’éditions.

  7. Tu n’as pas tort, nos lectures nous souvent conseillées par les blogs qu’on aime et qu’on suit et comme toi j’apprécie de moins me « planter » dans mes choix grâce à eux Pour autant, il y a plein d’autres biais pour faire de belles découvertes, la preuve !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :