Côté pile / Côté face

© Romaric Cazaux

Côté pile : 60 ans de mariage. 2 enfants et 5 petits enfants magnifiques. Un caniche âgé de sept ans. Une belle maison dans la campagne normande. Un appartement de vacances sur la côte d’Azur. Une carrière professionnelle réussie. Une retraite à 60 ans et plein de temps devant soi pour profiter de la vie. Une belle voiture. Des voyages à la pelle et des bijoux aussi. Des fêtes où toute la famille est réunie. Le club d’échec le lundi soir pour lui et la chorale pour elle le mercredi, sans oublier la Croix Rouge le vendredi. Du bon vin à table midi et soir. La messe de temps en temps. Le restaurant au moins une fois par semaine. Un couple uni et envié de tout le monde.

Côté face : un mariage arrangé. Une fausse couche et un enfant mort né. Des résultats scolaires jamais assez bons, pour la fille surtout. Des remarques vexantes un jour, des compliments trop beaux pour être sincères un autre. Un cancer du sein et une cirrhose. Une fille vendeuse qui craint le jugement de ses parents et n’arrive pas à leur avouer qu’elle vient de se séparer. Un fils qui est parti loin pour s’éloigner d’un univers toxique. Des disputes une fois la porte refermée. Des voyages pour acheter le silence. Des fêtes ou l’on se taie pour ne pas faire d’esclandre. L’alcoolisme, caché. Et s’il n’y avait que cela…

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

15 réflexions sur « Côté pile / Côté face »

  1. J’ai longtemps pensé à cette photo puis, j’ai trouvé une trame
    d’histoire et j’ai commencé à écrire. Mon premier jet était encore plus
    violent mais mal écrit. Je l’ai donc un peu retravaillé mais je n’ai pas
    réussi à y mettre de l’optimisme. J’aimerais, pourtant, mais à chaque
    fois que j’écris je retombe dans le violent, le sombre.

  2. Quand on lance une pièce en l’air, on a une chance sur deux de tomber sur pile ! C’est vrai qu’il vaut alors souvent mieux ne pas retourner la pièce. Quoique… N’est-il pas plus courageux d’affronter la réalité en face ? Et d’en tirer les conséquences ! Quelle horreur de rester ensemble quand on ne vit que pour la façade. Le seul mérite est de susciter de beaux textes !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :