Double jeu – Jean-Philippe Blondel

Quentin vient de faire sa rentrée au lycée Clémenceau. Assis au fond de la classe, il s’ennuie et ronge son frein. Ses copains sont tous à Saint-Ex ou dans d’autres établissements. Lui, il s’est fait virer à la fin de l’année dernière : pas de travail, des mauvais résultats, beaucoup d’absentéisme et surtout un comportement inacceptable.

Cette année, Quentin s’est promis de ne pas se faire remarquer, pour sa mère surtout. Mais il ne travaillera pas, il ne faut pas exagérer quand même ! Ceux de sa classe viennent tous ou presque des beaux quartiers. Lui, il habite dans une cité. Il est tiraillé entre son milieu d’origine dont il se sent prisonnier et l’envie de se battre pour réussir sa vie. Mais quand on s’est installé dans un rôle de cancre depuis des années, ce n’est pas simple de changer de comportement.

A Clémenceau, Quentin fait une rencontre décisive, celle de La Fernandez, une prof de français et surtout de théâtre atypique. Cette dernière cerne très vite le jeune homme et l’aide à aller de l’avant. Elle lui propose notamment un rôle dans la pièce de Tenessee Williams La ménagerie de verre, qu’elle monte avec les élèves de l’option théâtre. Pendant cette année scolaire, le jeune homme mûrit et apprend à affronter la vie.

Un héros terriblement humain, une écriture de l’intime et une dose d’optimisme, on reconnaît bien dans Double Jeu les grandes caractéristiques des romans de Jean-Philippe Blondel. Ce n’est sans doute pas son meilleur livre mais j’ai lu les 130 pages avec beaucoup de plaisir et j’aime toujours autant le regard que l’auteur porte sur la vie et les gens.

BLONDEL, Jean-Philippe, Double Jeu, Actes Sud, 2013.

5 réflexions sur « Double jeu – Jean-Philippe Blondel »

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :