En chemin vers Rome – Édouard Cortès

Le 17 mars 2012, Mathilde et Édouard Cortès partent du Puy-en-Velay à pieds avec leurs trois filles dont la plus jeune est alors âgée de trois ans et demi. Destination : Rome ! Soit plus de 1300 kms à travers la France et l’Italie. Les parents marchent, les enfants sont dans une carriole tirée par un âne. Ils dorment sous la tente, dans des gîtes pour pèlerins ou chez des habitants qui les hébergent généreusement. Cette fois-ci, ils ne font pas comme pour leur voyage de noces à Jérusalem, ils ont de l’argent avec eux. Mais l’aventure n’en reste pas moins inoubliable !

Vivre pendant quatre mois sur les routes, c’est partir à la découverte de soi et des autres. Jeunes parents, Édouard et Mathilde découvrent un autre aspect de la vie à deux. Les disputes sont fréquentes mais nécessaires car elles font progresser. Ils voient leurs enfants vivre et grandir au jour le jour et ce bonheur n’a pas de prix. En chemin, ils font de nombreuses rencontres et recueillent certaines confidences de personnes qu’ils ne connaissaient pas quelques heures plus tôt. Un soir, un homme leur confie même les clés de sa maison alors qu’il est invité pour passer la soirée et la nuit ailleurs.

La vie au contact de la nature est source de bonheur même si les difficultés sont fréquentes. L’âne Octave fait parfois des siennes et refuse de traverser les rivières… sauf quand c’est une petit fille qui tient la longe ! Un jour, il glisse et la carriole dévale une pente. C’est l’accident. Heureusement, les enfants n’ont rien mais la famille a frôlé la catastrophe. Octave n’est pas responsable de ce qui est arrivé. Il se révèle même être plus intelligent qu’on ne pourrait la croire et finit par tenir une place importante dans la famille.

Je suis toujours friande de ce genre de récits de voyage et j’ai donc apprécié la lecture d’En chemin vers Rome. Il faut savoir cependant que Mathilde et Édouard sont très croyants et de nombreux paragraphes sont consacrés à la religion catholique ou du moins à son histoire. Cet aspect intéressera peut être ceux qui sont croyants, ce qui n’est pas mon cas même si je partage certaines valeurs du couple. J’ai donc survolé quelques passages. L’ensemble reste cependant très agréable à lire.

CORTES, Édouard, En chemin vers Rome, XO Éditions, 2013.

7 réflexions sur « En chemin vers Rome – Édouard Cortès »

  1. On me l’a proposé, j’ai regardé là video de présentation, mais j’hésite, car l’écriture est-elle à la hauteur? Je n’ai pas envie d’avoir une liste de trucs faits et vus.Le Rufin était très bien pour ça, pas du tout genre journal.
    Pour le côté catho, bah, si c’est leur foi, et s’ils expliquent juste des symboles, ce n’est pas mal, figure toi que bien des gens commencent à être bien ignorants sur le sujet.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :