La Compagnie d’Ulysse – Jean-Marie Chevrier

Une jeune homme quitte sa Creuse natale pour poursuivre des études dentaires à Paris. Heureux de laisser derrière lui la pauvreté du territoire de ses ancêtres, ce n’est cependant pas évident de trouver sa place dans le quartier Latin. Nous sommes à la fin des années 1960 et la chirurgie dentaire a encore de gros progrès à faire. Soulager les patients n’est pas simple, encore plus lorsqu’ils sont désargentés.

Notre futur dentiste rencontre Caylus et Farnèse, deux passionnés de théâtre qui deviennent ses amis. Ensemble, ils partent sur les traces d’Ulysse avec un exemplaire de L’Odyssée en guise de guide touristique. Ils partagent également des rêves d’aventure propres à la jeunesse.

Comme dans beaucoup de romans initiatiques, le héros est également confronté à l’amour et il apprend à ses dépens. Il y a Judith, cette fille qui fait partie de la troupe et qui considère les hommes avec dédain ou désinvolture. Il y a aussi Yvette avec laquelle la relation doit rester secrète par peur du regard des autres.

Mai 68 et son lot de révoltes arrivent et notre héros, même s’il se sent peu concerné, va être impacté. Ses rêves de jeunesse résisteront-ils ? Quel homme va t-il devenir ? Et l’amitié dans tout cela ?

C’est en réalité le portrait d’une génération que nous propose Jean-Marie Chevrier à travers son personnage principal, qui est aussi le narrateur. La Compagnie d’Ulysse avait donc tout pour me plaire mais il n’a malheureusement pas réussi à me captiver, mise à part à dans de trop rares passages. Le héros est fade, peu impliqué dans sa vie. Il est spectateur du monde et ne prend pas position. Je l’aurais aimé plus vivant, plus actif. Je risque donc de bien vite l’oublier…

CHEVRIER, Jean-Marie, La compagnie d’Ulysse, 2017.

3 réflexions sur « La Compagnie d’Ulysse – Jean-Marie Chevrier »

La parole est à vous !