L’aure moitié de moi-même – Anne-Laure Bondoux

Un soir, en rentrant en voiture de chez une amie, Anne-Laure Bondoux, écrivain pour la jeunesse, croit avoir renversé un enfant sur son vélo. Quand elle quitte le volant, hébétée, elle ne découvre nulle trace de l’enfant. Il n’y a pas un chat dans la rue. Anne-Laure rentre chez elle et craque. Cet étrange incident vient de se produire après une douloureuse séparation, la révélation d’un secret de famille concernant sa mère, une dépression et une panne d’écriture impossible à surmonter.

L’auteur n’a plus le choix, elle doir comprendre ses fantômes et son passé pour pouvoir aller de l’avant. Elle qui était si dynamique et sûr d’elle-même plonge dans un gouffre sans fond et l’écriture se révèle être sa bouée de secours. Cette fois-ci, elle n’écrit pas une fiction comme elle a l’habitude de le faire mais sa propre histoire.

Si je me suis parfois reconnue à travers les doutes et les questionnements d’Anne-Laure Bondoux sur sa propre vie, je suis restée extérieure à L’autre moitié de moi-même. L’auteur raconte son histoire avec beaucoup de recul et c’est cette distance qui m’a empêchée d’apprécier le livre à sa juste valeur. Je préfère les auteurs qui s’impliquent pleinement et n’hésitent pas à écrire ce qu’ils ressentent comme Olivier Adam dans Les lisières, Delphine de Vigan dans Rien ne s’oppose à la nuit ou Annie Ernaux dans ses nombreux romans.

BONDOUX, Anne-Laure, L’autre moitié de moi-même, Bayard, 2011.

8 réflexions sur « L’aure moitié de moi-même – Anne-Laure Bondoux »

  1. j’en garde un bon souvenir, et j’avais invité l’auteur à l’époque, qui s’était beaucoup livrée sur son histoire et sur ce texte, je suis peut être donc moins frustrée d’intimité.. des amis à qui j’ai prêté le livre ont eu des avis très divers, résultat mitigé aussi donc.

  2. comme toi, j’ai senti de grandes ressemblances entre Adam et De Vigan que tu cites, mais je mettrais Ernaux (dont je n’aime pas l’écriture) à part. Elle se met complètement à nu, chez les deux autres, c’est beaucoup plus subtil et plus intelligent, je trouve.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :