Le mystère de la chambre noire – Serge Rubin

Nous sommes en 1908 et l’arrivée de forains ne passe pas inaperçue dans le petit village vendéen de La Barre de Monts. Touristes et locaux font la queue pour entrer sous le chapiteau monté sur la place et assister à leur première représentation du cinématographe. Jeanne, la fille du médecin du village a réussi à tromper la surveillance de son père et à se faire inviter par Clément, le fils du patron. Elle découvre pour la première fois les images animées et participe même au tournage d’une séquence de quelques secondes.

Tout cela n’est pas du tout du goût du père de Jeanne qui a encore en mémoire les morts lors d’une projection à laquelle il a assisté il y a de nombreuses années. En effet, le technique est dangereuse et les produits utilisés fortement inflammables. Jeanne doit donc user de subterfuges pour que son père ne sache pas ce qu’elle fait lorsqu’il est occupé avec ses patients au cabinet. Si il savait qu’elle tient parfois Clément par la main et qu’elle se déguise en garçon pour ne pas être reconnue, il serait encore plus furieux ! Nous sommes au début du XXème siècle et les jeunes filles de bonne famille ne peuvent pas se permettre n’importe quoi.

Le personnage de Jeanne est intéressant. Être une femme à l’époque où elle vit n’est pas toujours simple. Elle ne peut porter un pantalon que pour faire du vélo et doit respecter une certain nombre de convenances. Cela ne l’empêche pas d’avoir son caractère et de revendiquer le même traitement que les garçons : « Vous m’énervez avec vos histoires qui ne sont pas pour les filles… On croirait entendre mon père ! Nous sommes en 1908. Il est temps que le monde change… Je suis aussi capable que Clément de vivre une aventure. » p. 133.

Une nuit, un coup de feu éclate dans la chambre du père de Clément et Jeanne va la vivre, l’aventure. Le roman prend alors un virage et laisse la place à une enquête policière qui met un peu de piment à l’histoire mais se résout malheureusement un peu trop facilement.

Si l’intrigue est assez convenue, Le mystère de la chambre noire n’en reste pas moins un petit livre agréable à lire. Les pages se tournent facilement, l’aventure est au rendez-vous et le lecteur est plongé dans une époque lointaine, celle du début du cinéma.

RUBIN, Serge, Le mystère de la chambre noire, Talents hauts, 2014.

2 réflexions sur « Le mystère de la chambre noire – Serge Rubin »

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :