« Le Ramadan de la parole » de Jeanne Benameur

Publié dans la collection D’une seule voix dont l’objectif est de proposer des textes destinés à être lus d’une seul souffle, ce recueil de trois nouvelles donne la parole à trois femmes qui, à leur manière défendent leur liberté.

Dans Même les chinoises n’ont plus les pieds bandés, une jeune fille, enfermée seule dans sa chambre, décide de refuser de porter son corset. Elle ne veut pas non plus devenir une femme d’intérieur comme l’exige le milieu bourgeois des années 1920. Sa mère va donc mettre ses menaces à exécution : le lendemain, elle n’aura plus de livres. Ses livres sont pourtant tout pour elle…

« Mes livres vous font horreur. Ils sont ma jungle et ma liberté. Ils sont le souffle que je vous crache au visage. Je voudrais d’ici demain les faire entrer sous ma peau. La connaissance tatouée à l’intérieur. Pour vivre. » p. 22

Dans Le Ramadan de la parole, une autre jeune fille décide de ne plus parler pour manifester son opposition au voile et à tout ce qui empêche à le femme d’exister librement.

A l’affiche donne la parole à une jeune femme dont la mère pose nue sur des affiches pour une grande marque de parfum. Elle a honte et voudrait que les hommes ne posent pas leur regard sur le corps de celle qui l’a mis au monde et qui a décidé de se montrer nue pour gagner de l’argent dont elle n’a pas vraiment besoin.

Dans ces trois courtes nouvelles, la force des mots jaillit à chaque instant. Des phrases courtes et des phrases chocs qui montrent la détermination à défendre la liberté de leur corps de celles qui les prononcent.

De beaux textes très vite lus, trop vite lus !

BENAMEUR, Jeanne, Le Ramadan de la parole, Actes Sud Junior, 2009.

9 réflexions sur « « Le Ramadan de la parole » de Jeanne Benameur »

  1. Décidément Jeanne Benameur prend toujours le parti de femmes qui souffrent, bien souvent en silence, et elle les montre dans toute leur beauté et leur grandeur.
    Je lirai certainement ce livre dont tu parles si bien!

  2. Ce recueil de nouvelles a l’air très bien….j’adore les histoires de femmes qui refusent de se soumettre. Par contre, j’ai toujours un peu peur avec les nouvelles…je suis souvent frustrée!!!!

  3. Normalement je n’aime pas trop les nouvelles mais Jeanne Benameur est un auteur que j’apprécie beaucoup ! Ses personnages sont toujours des femmes avec beaucoup de personnalité et qui se battes contre l’oppression tel qu’elle soit…

  4. @sybilline : c’est vrai que les personnages centraux de Benameur sont souvent (toujours ?) des femmes. Elle défend notre cause !
    @Aifelle : il y a pourtant de superbes textes en litté jeunesse !
    @Stephie : il vaut vraiment le coup et c’ets très vite lu. @Jumy : moi non plus je n’aime pas trop les nouvelles habituellement car c’ets trop court pour moi mais là je n’ai pas été déçue.
    @L’or des chambres : les personnages féminins de cet auteur sont toujours touchants et pleins de force et de courage.
    @gamabadou : à noter aussi pour les élèves à partir de la troisième je pense.

  5. Jeanne Benameur est vraiment une romancière hors du commun. D’ailleurs, je publie sur son roman « les mains libres » ce samedi en fin d’après midi.
    J’ai « discuté » avec elle, au salon, de son livre, car j’avais moi aussi l’impression de vivre mon ramadan de la parole. Un syndrome de stress post traumatique m’avait apporté des gros troubles du langage qui me faisait passer pour une « gogole » au yeux des autres, jusqu’à ce que les ORL m’interdisent de parler, sous peine d’abimer irrémédiablement mes cordes vocales.
    Heureusement, depuis, les choses sont rentrées dans l’ordre.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :