Le soleil à mes pieds – Delphine Bertholon

Alors que le dernier roman de Delphine Bertholon, Les corps inutiles, vient de sortir, je découvre Le soleil à mes pieds paru en …. 2013 ! Esprit de contradiction ou volonté de ne pas céder à la société de consommation qui nous incite à lire les nouveautés dès qu’elles sortent et à les oublier ensuite, à vous de choisir.

Deux soeurs, dont nous découvrirons les noms dans les dernières pages, vivent une relation étrange depuis qu’un évènement tragique les a dévastées il y a 18 ans.

La petite a 22 ans et passe son temps à astiquer sa chambre de bonne. Elle est obsédée par la propreté et semble vraiment fragile. Elle ne travaille pas et n’a aucune vie sociale, aucun ami, aucune famille à part sa soeur. Le moindre contact avec l’extérieur est une épreuve pour elle.

La grande a 24 ans. Elle est fascinée par la mort, mythomane, nymphomane et méchante. Elle a une emprise très forte sur la petite et prend du plaisir à la faire souffrir. Son appartement est un véritable capharnaüm dans lequel elle entasse vieilleries et immondices.

La relation entre les deux soeurs est étrange. Elles sont dépendantes l’une de l’autre. La petite ne sait pas dire non. Elle est incapable de se débarrasser de l’influence dévastatrice de la grande. L’aînée n’existe que dans la souffrance qu’elle inflige à la cadette. Un évènement, ou plutôt une série d’évènements, vont pourtant changer petit à petit le cours des choses.

Delphine Bertholon avec des phrases courtes, hachées, qui collent au plus près à la personnalité des deux soeurs, explore avec brio les relations familiales. Qui pourrait accepter une telle relation plus longtemps si les liens du sang n’étaient pas en jeu ? L’intériorité de la petite est décrite à merveille et on voit bien à quel point cette relation de dépendance par rapport à la grande est ancrée au fond d’elle, à quel point ce traumatisme de l’enfance pèse sur sa vie de tous les jours. 

Le soleil à mes pieds pourrait être une histoire sombre, triste, glauque mais il n’en est rien. Quand tout semble perdu, la résurrection est encore possible. Rien n’est jamais figé et il faut toujours garder espoir semble nous dire l’auteur. Je suis profondément convaincue qu’elle a raison.

BERTHOLON, Delphine, Le soleil à mes pieds, JC Lattès, 2013.

13 réflexions sur « Le soleil à mes pieds – Delphine Bertholon »

  1. J’ai lu Twist, Grâce et Les corps inutiles de cette auteure qui m’emporte facilement par son style toujours bien construit et hâché comme tu le dis. Un roman qui me tente donc…

Répondre à L'Irrégulière Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :