Les ignorants – Étienne Davodeau

L’auteur de bande dessinée Étienne Davodeau et le vigneron Bernard Leroy sont amis mais ne connaissent finalement pas grand chose au sujet de leurs métiers respectifs. Par contre, ils sont tous les deux curieux et aiment échanger. L’auteur de Lulu femme nue, inculte en matière de vin, prospoe donc à son ami de venir travailler avec lui pendant un an. En échange, Bernard Leroy devra s’initier à l’univers de la bande dessinée. C’est une décision importante car elle entraîne de nombreuses contraintes mais le vigneron accepte de se lancer dans l’aventure.

Étienne Davodeau se retrouve donc dans le vigne à tailler les pieds, piocher les ronces à la main, vendanger ou encore s’initier à la biodynamie -méthode sans engrais chimiques ni produits de synthèse, qui prend en compte les rythmes lunaires et qui préconise l’utilisation de préparations diluées à base animale ou végétale- . Il s’intéresse également à la vinification et fait de nombreuses dégustations. Les rencontres avec d’autres vignerons sont l’occasion d’échanges fructueux sur les raisons qui poussent à choisir ce métier, les méthodes de travail, la terre, etc. Étienne Davodeau découvre un univers de travailleurs acharnés désireux de partager leur passion.

Richerd Leroy, lui, se familiarise petit à petit avec les grands titres et les grands auteurs de la bande dessinée. Ses questions semblent naïves mais soulèvent en fait des aspects vraiment intéressants de la littérature. Il se rend compte que cet univers est riche et varié et que les auteurs sont des raconteurs d’histoire avant d’être des dessinateurs. Il suit Étienne Davodeau chez l’imprimeur, l’éditeur ou dans les salons de Saint-Malo et de Bastia. Il rencontre aussi certains de ses amis auteurs de bandes dessinées et leur pose des questions, échange sur leur métier, etc.

Les ignorants est pour moi un véritable coup de coeur. On apprend des choses sur la vigne et le vin mais on découvre aussi le point de vue d’Étienne Davodeau sur certains de ses confrères et sur son métier. Une véritable sensibilité et des valeurs importantes se dégagent de cet album. Le respect, la curiosité d’esprit, l’amour du travail bien fait, l’importance du dialogue et de l’échange, tout cela tient une place importante.

Le dessin en noir et blanc est vraiment formidable. On se croirait presque dans la vigne à observer les pieds et les raisins ou à table autour d’un bon verre de vin à discuter oenolgie ou littérature en compagnie de l’auteur et du vigneron.

En refermant cet album, j’ai eu l’impression de connaître un peu Étienne Davodeau et Richard Leroy alors qu’ils sont pourtant pour moi des inconnus. Et puis je crois que la bilbiographie qui se trouve en fin d’ouvrage va me servir pour découvrir un peu plus les grands titres et les grands auteurs de la bande dessinée. Pendant très longtemps, je ne me suis pas intéressée à ce genre littéraire et plus ça va, plus je me dis que je rate quelque chose…

Les avis de Sylire, d’Aifelle et de Mango ou vous trouverez d’autres liens.

DAVODEAU, Étienne, Les ignorants : Récit d’une initiation croisée, Futuropolis, 2011.

9 réflexions sur « Les ignorants – Étienne Davodeau »

  1. Tu ne connaissais pas Davodeau? Alors là, tu vois ce qu’il te reste à faire!
    Je suis justement en train de lire cette BD, le soir, donc par petits bouts. Ton billet me désole, que vais-je en dire de plus? ^_^ Pour une fois que je voulais parler d’une BD (je plaisante, bien sur, c’est une façon d’apprécier ton billet…)
    Console toi, je ne connaissais pas non plus tous les auteurs dont parle Davodeau.

  2. @Keisha : j’espère bien que tu vas faire un billet sur cette BD . Elle est tellement bien qu’il faut la mettre entre toutes les mains !
    @Sandrine : je l’ai acheté pour les élèves. C’est l’avantage de ce métier !
    @antigone : je pense qu’elle devrait te plaire.
    @Hélène : moi aussi !!!!
    @Midola : il n’y a pas besoin d’être passionné par le vin ou la BD pour l’apprécier. @L’or : alors bonne lecture !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :