Les meilleur des mondes – Aldous Huxley – Lu par Thibault de Montalembert

Le meilleur des mondes plonge le lecteur dans un univers où l’on compte les années depuis l’invention de la voiture à moteur. Nous sommes donc en 632 après Ford. La bokanovsification permet de contrôler les naissances, de sélectionner les embryons, de les classer selon des castes. Le meilleur des mondes est très hiérarchisé. Chacun a une place bien définie et il n’est pas question de déroger aux règles établies ou d’avoir ses propres sentiments.

Les êtres humains sont conditionnés dès leur plus jeune âge et n’ont plus aucun libre arbitre. Pendant le sommeil des bébés, des phrases enregistrées passent en boucle. On incite très tôt les enfants à avoir une sexualité et posséder un seul partenaire n’est pas du tout bien vu. Un être humain sain d’esprit enchaîne les liaisons sans se poser de question et ne doit surtout pas avoir d’enfant. 

Pendant leurs vacances, Bernard et Lénina, un couple de la caste des Alphas appartenant à l’élite de la société, rencontrent un sauvage c’est-à-dire un homme né de l’union d’un homme et d’une femme et ayant des sentiments et des émotions. Dès lors, leur vie et celle du monde civilisé auquel ils appartiennent va changer.

Le meilleur des mondes est un livre visionnaire -il a été écrit il y a plus de quatre-vingts ans- qui propose une réflexion pertinente sur le clonage, la liberté et le bonheur. Pourtant, je n’ai pas réussi à m’y intéresser. Dès le départ, la voix de Thibault de Montalembert et le texte d’Aldous Huxley n’ont pas retenu mon attention. J’ai failli abandonner une première fois puis, j’ai décidé de poursuivre un peu quand le personnage de Bernard fait son entrée en scène. J’ai finalement abandonné quand il rentre de vacances avec Lénina c’est-à-dire aux deux tiers du roman environ.

Je ne suis pas une grande fan de science fiction, ceci explique sans doute en partie mon ressenti. De plus, le monde décrit dans le roman fait froid dans le dos, les personnages n’ont absolument rien d’attachant et aucune note d’espoir ne se dégage du texte. A mon grand regret, c’est un rendez-vous râté avec ce classique de la littérature ! 

Les avis de Leiloona et de Sandrine.

HUXLEY, Aldous, DE MONTALEMBERT, Thibault, Le meilleur des mondes, Audiolib, .

6 réflexions sur « Les meilleur des mondes – Aldous Huxley – Lu par Thibault de Montalembert »

  1. La science-fiction, c’est un truc particulier quand même. J’ai eu du mal à passer le début, mais ensuite ça s’est arrangé. Et je trouve qu’il y a quand même plein de questionnement dans ce roman, mais il y a quand même quelque chose qui m’a retenu de vraiment aimer complètement.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :