Louis Pasteur – Sophie Humann et Vincent Dutrait

Le nom de Louis Pasteur est associé à jamais au vaccin contre la rage. Et pourtant, ses travaux de recherche ne s’arrêtent pas à cette seule découverte, loin de là. Dans cet album, Sophie Humann retrace sa vie.

Fils d’un tanneur qui regrette de ne pas avoir fait d’études et qui lit des traités de physique ou de grammaire le soir après le travail, Louis Pasteur passe toute son enfance dans le Jura. Très doué pour le dessin, il recopie les travaux des grands maîtres.

A l’âge de 16 ans, il part à Paris pour suivre des études mais rentre au bout de quinze jours car il ne supporte pas d’être loin de sa famille. Il étudie donc à Besançon avant de retourner dans la capitale quelques années plus tard. Là-bas, il devient professeur et commence à s’intéresser à une nouvelle science, la cristallographie. C’est en étudiant les cristaux qu’il fait sa première découverte scientifique.

En 1849, Louis Pasteur se marie et, pendant plus de 10 ans, il étudie les maladies de la bière et du vin. Son travail permet à de nombreux brasseurs et vignerons d’améliorer leur production. Pasteur parvient à la certitude que l’air que nous respirons contient des micro-organismes et des germes qui contaminent les liquides et les aliments et se multiplient ensuite. Il fait de nombreuses expériences pour le prouver car d’autres chercheurs affirment que des organismes vivants peuvent naître tout seuls.

En 1870, Pasteur fait une conférence à l’Académie de médecine et explique l’importance de l’hygiène et de la stérilisation lors des opérations. Il faudra beaucoup de temps pour que tous les médecins suivent ses conseils.

A l’époque, une terrible maladie tue les troupeaux de moutons. Pasteur identifie la bactérie, la dilue jusqu’à ce qu’elle soit moins offensive puis, la transmet aux moutons. L’organisme lutte contre la maldie mais l’animal ne l’attrape pas quand il croise la vraie maladie du charbon. C’est le premier vaccin !

A partir de 1882, Louis Pasteur s’intéresse à la rage. Il invente un vaccin en procédant de la même manière que pour la maladie du charbon. Les tests sur les animaux sont concluants mais le scientifique a peur de l’essayer sur un être humain car il ne veut pas transmettre le virus a un porteur sain et provoquer sa mort. Un jour, on lui présente un enfant qui a été mordu 14 fois par un chien qui avait la rage. Il tente le tout pour le tout et l’enfant est sauvé. Le deuxième test se déroule dans les mêmes circonstances ou presque. C’est un succès dont on parle dans tous les journaux.

Pasteur meurt en 1895. Le jour de ses obsèques, un foule d’hommes politiques, de savants et d’anonymes est là pour lui rendre un dernier hommage.

                       

Cet album a le mérite de rendre accessible aux plus jeunes les découvertes scientifiques de Louis Pasteur. Pas de vocabulaire compliqué ni d’expériences incompréhensibles : le texte de Sophie Humann est à la portée de tout le monde. Je n’ai pas aimé les aquarelles de Vincent Dutrait, tout simplement parce que ce n’est pas un style d’illustration que j’apprécie.

HUMANN, Sophie, DUTRAIT, Vincent, Louis Pasteur, Gulf Stream, 2011.

2 réflexions sur « Louis Pasteur – Sophie Humann et Vincent Dutrait »

  1. tiens, une agréable surprise. ce serait une bonne idée pour mes garçons qui m’ont demandé « comment elle s’appelle la rue », « Pasteur » et c’est quoi pasteur ? », ce n’est pas quoi, c’est une personne !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :