Mock boys – Marie Leymarie

To mock signifie se moquer, l’adjectif mock désigne ce qui est faux, factice. Baptiste et Raoul, tous les deux en Seconde option danse contemporaine, sont très doués pour tourner en dérision tout ce qui les concerne de près ou de loin. Populaires, ils aiment attirer les regards sur eux. L’humour et la danse sont de bons moyens de prendre la gent féminine dans les mailles de leur filet. En effet, les deux adolescents ont fait le pari de sortir avec le plus possible de filles. Et pas question de laisser la place aux sentiments !

Raoul a un sacré sens de la répartie et ne prend jamais rien au sérieux. Il est impertinent, nargue les profs, se moque de ses amis, ne semble jamais touché par qui que ce soit ou quoi que ce soit.  Mais derrière sa carapace, qui est-il vraiment ? Baptiste, lui, est moins sûr de lui, plus sensible, plus rêveur aussi. Il n’en est pas moins faux devant les autres. Raoul l’aide à affronter ses peurs, il le protège en quelque sorte.

Leur amitié sans faille commence à se fissurer avec l’arrivée d’une nouvelle élève au cours de danse, Sandy. L’adolescente, dont le père multiplie les relations amoureuses sans respect pour ses partenaires, ne supporte pas Raoul. C’est une fille très sérieuse avec la tête sur les épaules. Elle tombe amoureuse de Baptiste, qui a du mal à choisir entre ses sentiments pour Sandy et la fidélité à son ami.

Proche des préoccupations des adolescents, Mock boys montre à travers l’histoire de Baptiste et de Raoul combien il est difficile d’être soi-même à cet âge. On s’attache à ces deux personnages même s’ils sont loin d’être irréprochables. Leur comportement et leurs sentiments sont disséqués afin de montrer à quel point il y a une différence -dont ils n’ont pas forcément conscience- entre leur être profond et leur paraître. La forte présence de l’analyse psychologique ne laisse cependant que peu de place au lecteur pour tirer ses propres conclusions. C’est dommage car  l’histoire est criante de vérité. A découvrir à partir de 13 ans.

LEYMARIE, Marie, Mock boys, Syros, 2018.

La parole est à vous !