Noyade en eau doucce – Ross Macdonald

Los Angeles, années 1950. Lew Archer, détective privé, reçoit la visite de Maude Slocum. Celle-ci a intercepté une lettre anonyme destinée à son mari. Le message est on ne peut plus clair :

« Cher Monsieur Slocum,

Le lis qui pourrit empeste bien davantage que la mauvaise herbe. Comment pouvez-vous décemment endosser ce costume de cocu complaisant ? Ou se pourrait-il que vous soyez ignorant des activités amoureuses de votre femme ? » (p.15)

Maude veut savoir qui est l’auteur de cette lettre mais refuse de dire à Archer si ces accusations sont fondées ou non.  Elle ne veut pas que son mari ait vent de cette histoire, c’est tout.

Archer commence à mener son enquête et se rend compte que les relations familiales sont très étranges chez les Slocum. La belle-mère tient les cordons de la bourse et maintient tout le monde dans un état de dépendance, le couple bat de l’aile et la fille entretient des relations compliquées avec le chauffeur.

Les investigations du privé prennent trés vite un tournant imprévu quand le corps de la belle-mère est retrouvé sans vie dans la piscine de la résidence familiale. Ce qui paraissait être une banale histoire d’adultère se transforme en enquête criminelle musclée. Course-poursuite, intimidations, règlements de compte, rien ne manque. Il faut dire que notre détective ne recule devant rien pour que justice soit faite !

Le lecteur, lui, se fait embarquer sur de fausses pistes à tel point qu’il ne sait plus qui est coupable et qui est innocent. L’intrigue devient de plus en plus complexe. Les suspects sont multiples. Il est question de gisements de pétrole et d’homosexualité mais aussi de secret de famille et de trahison.

Un roman agréable à lire qui permet de se replonger pendant un petit moment dans l’ambiance des années 1950. Pas de téléphone portable, encore moins d’Internet et donc des méthodes de travail qui paraissent lointaines.

Un grand merci à l’équipe de Babelio et aux éditions Gallmeister pour l’envoi de ce livre.

L’entretien de Laurent avec Oliver Gallmeister, l’éditeur, et Jacques Mailhos, le traducteur de Ross Macdonald : partie 1 et partie 2.

L’avis de Canel.

MACDONALD, Ross, Noyade en eau douce, Gallmeister, 2012.

3 réflexions sur « Noyade en eau doucce – Ross Macdonald »

  1. Bonsoir Saxaoul, il semble que la traduction de ce roman et d’un autre de Ross Mc Donald vient d’être refaite d’où cette publication bienvenue. Je les ai notés. Bonne soirée.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :