Et je danse, aussi – Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Pierre-Marie, célèbre écrivain confronté à l’angoisse de la page blanche, trouve une grosse enveloppe dans sa boîte aux lettres à son retour de voyage. Il ne connaît pas l’expéditrice et, persuadé qu’il s’agit encore d’un manuscrit envoyé par une inconnue en manque de reconnaissance, il lui envoie un mail pour l’informer qu’il ne lira pas son texte.

Il ne se doute pas qu’Adeline Parmelan n’est pas prête à se faire expédier de cette manière. Le contenu de l’enveloppe n’a absolument rien d’ordinaire et elle est bien décidée à convaincre Pierre-Marie Sotto de l’ouvrir. Après quelques échanges de mails, elle revient finalement sur ce qu’elle a dit et l’implore de ne pas y toucher.

Leur correspondance devient indispensable aussi bien pour l’un que pour l’autre. Ils apprennent à se connaître sans jamais se voir et découvrent petit à petit leur passé respectif. Jusqu’à ce que le paquet révèle finalement son contenu et leur permette de se voir sous un autre jour.

Je connaissais Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat pour leurs romans jeunesse et j’étais très curieuse de découvrir ce roman épistolaire pour adulte. Il est arrivé chez moi juste au moment où j’avais besoin d’un peu de réconfort et je l’ai dévoré. Bien entendu, Et je danse, aussi n’est pas le livre du siècle et je préfère nettement lire ces deux auteurs dans leur domaine de prédilection mais le livre m’a donné le sourire aux lèvres et du baume au coeur. J’ai même bien rigolé à certains passages.

Pierre-Marie et Adeline traînent leur lot de casseroles et leur correspondance leur redonne foi dans la vie. Au fil des mails, une véritable amitié se crée même si beaucoup de doutes subsistent dans la mesure où ils ne se sont jamais parlés ni rencontrés. Le dénouement montre qu’il est bien entendu très facile de sa cacher lorsque l’on se trouve derrière un écran. Il prouve aussi que lorsque l’on décide de se prendre en main et de voir la vie du bon côté, la route est longue mais on peut retrouver le chemin du bonheur. Un beau message d’espoir !

BONDOUX, Anne-Laure, MOURLEVAT, Jean-Claude, Et je danse aussi, Fleuve éditions, 2015.

Si j’étais un rêve – Charlotte Bousquet

Lina vit en Bulgarie, à Sofia. Nour, elle, habite en Seine-Saint-Denis. Pendant toute l’année scolaire, elles doivent correspondre par lettres, c’est ce que leurs professeurs de français ont décidé. A l’heure d’Internet, écrire des courriers est plutôt surprenant. En tous cas, c’est ce que pense Nour. Elle est loin d’imaginer que c’est le début d’une longue histoire d’amitié.

Nour est une écorchée vive. Elle voudrait se tatouer la peau ou se scarifier pour dompter son corps et lui donner une apparence qu’elle a choisie. Ses lettres laissent transparaître son mal être. Lina essaie de la comprendre et de l’aider mais Nour se referme très vite. Elle est assez solitaire et se met volontairement à l’écart par rapport aux autres élèves de sa classe.

Lina est fille de diplomate. Elle a une vie facile par rapport à la majorité des bulgares mais cela ne l’empêche pas de s’intéresser à ce qui se passe autour d’elle. Elle est révoltée par la misère et la corruption qui règnent à Sofia. Quand les manifestations éclatent dans la capitale bulgare, elle descend dans la rue avec ses camarades malgré les risques. Ses lettres témoignent de son engagement. Nour, dans ses réponses, tente de la soutenir.

Les sujets traités dans Si j’étais un rêve sont intéressants : l’amitié, l’identité, la révolte adolescente. Pourtant, je n’ai pas réussi à m’intéresser vraiment à ce roman épistolaire et j’ai bien du mal à expliquer pourquoi. Je n’ai ressenti aucune empathie pour les deux personnages et je n’ai pas été touchée par le secret dévoilé dans les toutes dernières pages. Peut être parce que ce n’était pas le bon moment pour le lire, tout simplement. Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. J’ai hâte d’avoir les avis d’autres lecteurs.

L’avis de Canel.

BOUSQUET, Charlotte, Si j’étais un rêve, Flammarion, 2015.

%d blogueurs aiment cette page :