Vive les vacances !

© Vincent Héquet

4 juillet 2015, 5h00 du matin.

-Papa, maman, on y va !

D’habitude, les sortir du lit à 7h pour aller à l’école est une vraie corvée. Aujourd’hui, ce sont eux qui réveillent leurs parents. Ils sont pressés de partir en vacances !

Une douche, un petit-déjeuner avalé en vitesse et toute la famille embarque à bord du monospace direction les Landes. Ces vacances, ils en rêvent depuis qu’ils ont réservé un mobil-home au camping de La Pointe. C’est la promesse de soleil, de farniente et de jeux sur la plage.

Les huit heures de route qui séparent la Normandie de la côte landaise sont longues. Dehors, il fait chaud mais heureusement, il y a la clim’. Les enfants regardent un DVD -comme ça, au moins, ils ne se chamaillent pas- et les parents se relaient au volant pour ne pas perdre de temps.

A peine arrivés, ils s’installent vite fait, enfilent un maillot de bain et se dirigent vers la plage pour piquer une tête et se rafraîchir. La plus proche du camping n’est pas surveillée mais il est déjà tard et de toute façon, ils ne resteront pas très longtemps.

Le contact de l’eau est vivifiant. Les enfants jouent dans les vagues et plongent dedans juste avant qu’elles ne cassent. Les parents sont là, à côté. Ils profitent de l’instant présent.

Arthur sent soudain un fort courant qui lui fait perdre pied et l’éloigne du bord. Il essaie de nager mais lutte en vain. Son père tente de le rejoindre. Le courant est plus fort et les entraîne vers le large. Ils se débattent, s’essoufflent et s’épuisent.

Alertés par les cris, les surfeurs locaux leur portent secours et les ramènent au bord sur leur planche. Contrairement à d’autres, Arthur et son père ont de la chance. Ils n’apparaîtront pas dans la rubrique faits divers du journal Sud-Ouest.

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

11 réflexions sur « Vive les vacances ! »

  1. Terrible souvenir !
    Prise de conscience que tout peut s’arrêter, là, en un instant.
    Souvenirs personnels très durs qui resurgissent, neige et ski …
    Le pouvoir d’évocation des mots, quand ils sont bien assemblés

  2. ah oui, les vagues sont tueuses, dans les Landes, je l’ai vécu du côté de Mimizan (des plaques en avertissent les touristes, d’ailleurs, mais il y a toujours des gens qui croient qu’ils sont « bons nageurs »)

  3. Se jeter à la mer dès l’arrivée est le comportement typique de tous les enfants et généralement, les parents n’y voient aucun danger. Ces courants de fond qui nous entraînent au large sont des pièges que la mer tend pour capturer les imprudents. Il faut toujours s’en méfier.

  4. Je m’attendais à lire une scène sur le bonheur de tremper ses pieds dans l’eau. J’ai frémi jusqu’à la fin… purée… je suis bien contente que tu aies décidé que tout se terminerait bien. Les courants sont très puissants, où que tu sois en Atlantique (dit la fille qui y passe tous ses étés, mais plus haut, après Royan.)

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :