Y a pas de héros dans ma famille ! – Jo Witek

Contrairement à Hyppolyte Castant, Mo n’a pas de prix Nobel, de chirurgien, d’acteur ou de journaliste dans sa famille. Son père travaille au noir et sa mère est la spécialiste des crêpes au rhum avec une pointe de calvados. Chez lui, on parle fort, on s’engueule et il y a de l’ambiance. Alors forcément, la mère d’Hyppolyte, en bonne bourgeoise, reçoit un choc le jour où elle emmène son fils chez Mo pour préparer un exposé.

Jusqu’ici, Mo a toujours réussi à dissocier le monde de l’école dans lequel il faut être poli, avoir de bonnes manières et travailler, de celui de la maison où tout est bien plus cool. Il navigue entre ces deux mondes avec bonheur et légèreté et dans sa famille, il fait figure d’intello car c’est le seul à obtenir de bons résultats scolaires.

Cependant, quand il découvre le milieu dans lequel vit Hyppolite, c’est la douche froide. Mo a l’impression de vivre dans une famille de nazes dont il a désormais honte. Bien entendu, il fait tout pour le cacher à ses parents et à ses frères et sœurs. Jusqu’au jour où ce n’est plus possible.

Le regard que l’on porte sur les siens est bien souvent sans concessions. Mo en est l’exemple même. Son frère est un caïd, sa sœur passe son temps à se moquer de lui avec ses copines, sa mère ne travaille pas et son père récupère des objets dans les poubelles pour les restaurer et les revendre. C’est vrai qu’on pourrait rêver mieux ! Plus d’un lecteur se retrouvera à un moment ou à un autre à travers ce jeune garçon tant la description des sentiments est réussie. Sans vivre dans le même milieu que lui, à l’adolescence, on a tous un peu honte de son père ou de sa mère à un moment ou à un autre. Qui n’a jamais demandé qu’on le dépose 100 mètres avant le lieu de rendez-vous avec les copains ?

Dans Y a pas de héros dans ma famille, Jo Witek montre avec intelligence qu’on peut être différent de la norme ou de l’image attendue tout en étant quelqu’un de bien. Grandir, c’est accepter les différences, c’est prendre les autres tel qu’ils sont. Les parents de Mo aiment leurs enfants qui le leur rendent bien, malgré les apparences. Et puis, les héros ne sont pas toujours ceux que l’on croit !

WITEK, Jo, Y a pas de héros dans ma famille, Actes Sud Junior, 2017.

7 réflexions sur « Y a pas de héros dans ma famille ! – Jo Witek »

  1. J’ai beaucoup aimé comment l’auteur parlait des ados garçons dans « Récit intégral (ou presque) de mon premier baiser » et des ados filles dans « mauvaise connexion », c’est une auteur que j’ai envie de lire à nous, peut-être avec ce titre!

La parole est à vous !